Le comité de candidature de Paris a dévoilé la carte des sites qui pourraient accueillir les JO du 2 au 18 août 2024. Sur les 36 sites, seuls le centre aquatique situé à Aubervilliers-Saint-Denis et la salle de 7.000 places située à proximité de l'AccorHotels Arena seront construits.

Candidate malheureuse face à Londres pour l'organisation des JO 2012, Paris n'a pas dit son dernier mot. Elle a ainsi dévoilé, ce mercredi 17 février 2016, la carte des sites des Jeux olympiques 2024, après avoir remis la veille au Comité international olympique le premier dossier de candidature. La seconde mouture sera envoyée en octobre 2016, le verdict de l'élection de la ville-hôte aura lieu le 13 septembre 2017 à Lima au Pérou.

Seuls deux sites construits

Du Stade de France à Jean-Bouin en passant par Roland-Garros, ou par l'AccorHotels Arena et la future Arena 92 à Nanterre qui sera livrée début 2017, tous les grands équipements parisiens seront à l'honneur.

 

Parmi les 36 sites de compétition, seuls deux seront construits d'ici à 2024. Tout d'abord, le nouveau Centre aquatique, voisin du Stade de France, sera situé à Aubervilliers-Saint-Denis, "un équipement public indispensable pour soutenir par le sport le développement de cette zone de la capitale actuellement en pleine croissance.

 

Avec une capacité d'accueil de 15.000 spectateurs pendant les Jeux, il accueillera les épreuves de natation, de plongeon et de natation synchronisée. Après les Jeux, le site deviendra un centre aquatique dédié à la compétition et aux loisirs avec une capacité d'accueil réduite à 2 500 personnes, répondant ainsi aux besoins de la Fédération Française de Natation et de la population locale, a souligné la candidature.

 

La construction du second site concerne la "Bercy Arena II", déjà planifiée et associée à l'AccorHotelsArena, livrée en 2015 par l'architecte Daniel Vaniche. Elle sera achevée d'ici à 2021, quelle que soit l'issue de la candidature. "Avec une capacité de 7.000 places, ce nouveau site répond à un besoin identifié de long terme en matière d'enceintes de taille intermédiaire à Paris pour de nombreux événements nationaux et internationaux", nous avait indiqué ces mois-ci la mairie de Paris.

 

Les futurs sites olympiques de Paris 2024
La carte des sites de Paris 2024 © Comité de candidature Paris 2024
Vers des installations temporaires

 

Les autres épreuves se dérouleront dans les installations temporaires, a précisé le comité de candidature. "Paris 2024 laissera un héritage tangible à l'ensemble des sites", souligne-t-il dans son exposé. Avant d'ajouter : "Des solutions d'utilisation post-olympique seront identifiées pour les structures temporaires ; leurs lieux d'accueil bénéficieront des améliorations apportées à l'espace public, notamment en matière d'accessibilité."

 

La même approche sera alors appliquée aux sites permanents existants. Ainsi, la rénovation de la tribune principale du Stade Yves-du-Manoir à Colombes - stade olympique des Jeux de Paris 1924 et site de compétition du hockey en 2024 - permettra de conserver ce site opérationnel, prolongeant ainsi l'héritage d'un des sites olympiques parmi les plus anciens au monde pour de nouvelles générations, a également argumenté l'ancien champion olympique, Tony Estanguet, coprésident de Paris2024.

 

De plus, des sites de pointe déjà existants ont été présentés, qui démontreront l'étendue de la culture sportive de Paris et de l'Ile de France, avec notamment le tennis à Roland-Garros, l'athlétisme dans l'incontournable Stade de France, le basketball et le judo à l'AccorHotelsArena, le rugby à 7 au Stade Jean-Bouin, le cyclisme sur piste au Vélodrome national de Saint-Quentin-en Yvelines ou le le football au Parc des Princes…

 

Enfin, le village olympique et paralympique sera construit sur le site Pleyel-Bords de Seine en Seine-Saint-Denis, s'intégrant aux stratégies et plans de développement urbain locaux à long terme tout en mettant en valeur la Cité du Cinéma qui fera office de restaurant principal.

 

Budget total : 6,2 milliards d'euros

 

De son côté, le Centre Principal des Médias, composé du Centre International de Radio et Télévision et du Centre Principal de Presse, sera accueilli à Paris-Le Bourget, centre d'exposition existant offrant 80.000 m² d'espaces d'exposition intérieurs et 250.000 m² d'espaces extérieurs. "Dans le cadre d'un plan de développement du site déjà prévu, la capacité intérieure sera augmentée grâce à l'extension et la rénovation d'un hall existant", signale le dossier de candidature.

 

Et si Paris décroche les Jeux Olympiques de 2024, les épreuves de voile se dérouleront à Marseille, dans la deuxième ville de France. "La rénovation de la marina du Roucas Blanc un projet d'ailleurs déjà porté par la ville de Marseille sera entièrement dédiée au sport de compétition et proche des deux sites proposés pour le Village des athlètes", nous avait-on déjà indiqué. Côté budget, Paris souhaite ne pas dépasser les trois milliards d'euros de dépenses prévues sur un budget total de 6,2 milliards d'euros.

 

 

actionclactionfp