URBANISME. C'est une majorité municipale unie qui a présenté, le 21 avril, les grandes orientations d'un projet Bercy-Charenton "entièrement revu" avec l'aide de l'agence François Leclercq Associés. Cette enclave au sud-est de la capitale voit sa programmation divisée par deux.


Initié au cours du premier mandat de Bertrand Delanoë, dans les années 2000, le projet Bercy-Charenton, sur le faisceau ferré de la gare de Lyon, dans le 12e arrondissement, prévoyait jusqu'à 9.000 habitants supplémentaires et la construction de plusieurs tours de 180 mètres de haut. Entre des négociations difficiles avec la SNCF, propriétaire du foncier, l'opposition des riverains et des désaccords très importants au sein de la majorité au Conseil de Paris, le projet a patiné, jusqu'à être l'un des enjeux de l'élection municipale de 2020. La candidate socialiste s'est alors engagée à revoir totalement le projet.

 

Après deux ans d'une nouvelle concertation et surtout de tractations internes à la majorité, c'est le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, qui a présenté les "nouvelles orientations" d'un projet pas encore tout-à-fait ficelé. Mais dont les principes font désormais consensus au sein de la coalition socialistes-communistes-verts.

 

 

Une programmation divisée par deux et pas de tours

 

Il vous reste 79% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp