CONJONCTURE. En dépit des mouvements sociaux et autres grèves contre la réforme des retraites, l'artisanat a réussi à limiter la casse en fin d'année 2019. Les professionnels restent malgré tout sur leurs gardes, considérant la situation économique comme fragile.

L'artisanat est parvenu à limiter les dégâts : c'est ce qui ressort de l'enquête trimestrielle de conjoncture réalisée par l'Union des entreprises de proximité (U2P) sur le 4e trimestre 2019, période marquée notamment par les mouvements sociaux et autres grèves contre la réforme des retraites du gouvernement Philippe au mois de décembre. Globalement, l'organisation a constaté une hausse de 2% du chiffre d'affaires des entreprises de proximité fin 2019 en comparaison à fin 2018. "C'est d'ailleurs le meilleur résultat depuis la création de l'U2P fin 2016 et la prise en compte du niveau d'activité des professions libérales dans ces études réalisées par l'Institut Xerfi - I+C pour l'U2P", indique la fédération dans un communiqué. Le mouvement des Gilets jaunes, débuté fin 2018 et s'étant étalé sur une bonne partie de 2019, ainsi que la mobilisation sociale contre la réforme des retraites ont surtout pesé sur l'hôtellerie-restauration et l'alimentation. Contacté par Batiactu au début du mois de janvier, le président de la Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb, membre de l'U2P), Patrick Liébus, avait estimé que le bâtiment serait impacté "en décalage" par les perturbations dans les transports, essentiellement en région parisienne.

 

Pour l'heure, les chiffres arrêtés par le secteur montrent que le chiffre d'affaires de l'artisanat a tout de même progressé tout au long de l'année 2019 : au 1er trimestre, il a enregistré +1,5%, puis +2% au 2e trimestre, et +2,5% au 3e trimestre. Léger recul donc sur les trois derniers mois, avec +2%. "Sans les évènements du début et de la fin 2019, nous pourrions constater un dynamisme confirmé et renforcé dans tous nos secteurs", explique Alain Griset, président de l'U2P. "L'environnement des entreprises de proximité s'est amélioré, notamment grâce à l'action inlassable de l'U2P auprès du Gouvernement. Je m'en réjouis mais ce n'est pas le moment de baisser la garde." Les sujets restent effectivement nombreux, à l'instar des négociations sur la fameuse réforme des retraites, pour lesquelles Batiactu avait obtenu davantage de précisions auprès du président de l'U2P. Globalement, les artisans continuent donc à jouer la carte de la prudence : les écarts d'opinion des chefs d'entreprises sur leurs trésoreries sont de +1%, autrement dit il y a à peine plus d'artisans déclarant une amélioration de leurs comptes que d'artisans indiquant une dégradation de leurs finances. Idem pour les perspectives du 1er trimestre 2020 : la différence entre le pourcentage d'entreprises anticipant une hausse de leur activité et le pourcentage d'entreprises prévoyant une activité en baisse est de 0%.

actionclactionfp