Patrick Liébus a été réélu au mois de mai 2017 pour un troisième et dernier mandat à la tête de la Capeb. Un cadeau d'anniversaire (il est né le 6 mai 1955) pour ce couvreur-zingueur qui tutoie les sommets de la vie syndicale et du paritarisme depuis une vingtaine d'années.

Patrick Liébus a été réélu au mois de mai 2017 pour un troisième et dernier mandat à la tête de la Capeb (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment). Un cadeau d'anniversaire (il est né le 6 mai 1955) pour ce couvreur-zingueur qui tutoie les sommets de la vie syndicale et du paritarisme (il a siégé notamment au conseil d'administration de l'Unedic) depuis une vingtaine d'années. S'il défend les intérêts des artisans du bâtiment sur de nombreux fronts (la Capeb avait ainsi publié un « agenda des 100 jours » recensant une dizaine de priorités à mettre en œuvre durant les premiers mois du gouvernement issu des urnes après les scrutins de mai et juin), Patrick Liébus œuvre également au niveau international. Il préside l'EBC (European Builders Confederation), qui regroupe les TPE du bâtiment sur le Vieux Continent.

 

Parcours professionnel


- 2017 : réélu pour un troisième mandat à la présidence de la Capeb.
- 2010 : président de la Capeb.
- 2004 : membre du Conseil économique, social et environnemental.
- 1996 : administrateur de la Capeb.
- 1981 : crée son entreprise d'artisan couvreur-zingueur.

 

Les grands chantiers de sa carrière


Clause Molière sur les chantiers, report du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, directive sur les travailleurs détachés, compte pénibilité… Pas un sujet d'actualité sur lequel le président de la Capeb ne soit sollicité pour donner son avis et ainsi défendre les intérêts de milliers d'artisans et patrons de TPE qui font face à une concurrence sévère et à une réglementation qui l'est tout autant. C'est ainsi que Patrick Liébus se trouve parfois en désaccord avec le Medef qui ne regroupe pas que les grandes entreprises du BTP et la CGPME. Pour peser davantage dans les grands organismes paritaires et le dialogue social en général, la Capeb s'est ainsi réjouie que l'UPA (Union professionnelle artisanale) dont elle était l'une des composantes se soit muée fin 2016 en U2P (Union des entreprises de proximité), en accueillant en son sein l'Union des professions libérales. « Les strapontins, c'est fini. On va prendre la place qui est la nôtre » avait alors indiqué Patrick Liébus à L'Express. En toile de fond, les règles de représentativité des organisations d'employeurs, l'U2P revendiquant avoir légitimité à parler au nom de deux tiers des entreprises hexagonales et de ce fait, de 25% des salariés…

 

Par ailleurs administrateur du Centre scientifique et technique du bâtiment (car il tient, par exemple, à ce que les artisans ne passent pas à côté de la transition numérique), vigilant à ce que ses adhérents acquièrent les qualifications nécessaires pour être certifiés en terme de normes environnementales, le président de la Capeb n'oublie pas que la question de l'emploi demeure centrale dans le pays.

 

C'est ainsi que Patrick Liébus fut le rapporteur en 2014 d'un avis du Conseil économique, social et environnemental sur la « mixité des métiers ». Alors que 11% (seulement) des salariés du bâtiment sont des femmes, entre 2001 et 2012, les effectifs féminins ont doublé… « L'un de nos chevaux de bataille » rappelle Patrick Liébus. La Capeb a de fait initié le concours « Conjuguez les métiers du bâtiment au féminin » pour que « la mixité devienne une réalité une bonne fois pour toute ».

 

Un discours martelé en 2015 à l'occasion des 25 ans de l'EBC (European Builders Confederation) : « Les jeunes ont du mal à trouver leur place. L'université semble trop souvent le seul chemin à suivre. Nous devons montrer aux jeunes que notre secteur offre de nombreuses opportunités ».Et tous les jeunes, cela veut dire aussi les filles : « Nous devons lutter contre les stéréotypes et les obstacles culturels qui suggèrent que les femmes ne sont pas assez fortes pour travailler dans notre secteur ».

 

Etudes et distinctions


- 2014 : Chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur.
- 2001 : Promu Maître Artisan.
- 1981 : Titulaire des Certificats d'aptitude professionnelle (CAP) de couvreur-zingueur et de couvreur-ardoisier.

actionclactionfp