RAPPORT D'ACTIVITÉ. L'Anah a publié, le 25 juin, ses chiffres définitifs pour 2019, qui font état de 970,2 millions d'euros d'aides distribués, dont la plus grande partie aux propriétaires occupants pour financer les travaux de rénovation énergétique, en forte augmentation.


L'Anah a accordé, en 2019, près de 970,2 millions d'euros pour la rénovation des logements, en très forte augmentation par rapport à 2018. C'est ce qui ressort du rapport d'activité, rendu public le 25 juin. Sur cette somme, plus de 880 millions d'euros ont été consacrés aux propriétaires, dont 715,5 millions aux propriétaires occupants. Ce qui correspond à une augmentation de 50% des sommes distribuées et au quasi-doublement du nombre de bénéficiaires (128.000 contre 68.000 en 2018). L'aide moyenne attribuée par logement est en revanche en diminution de 20 %.

 

Les propriétaires bailleurs ont été 10% de moins qu'en 2018 à recevoir une aide de l'Anah (4.000 en 2019). Le montant moyen de l'aide par logement a, en revanche, augmenté (+8%), à près de 20.000 euros. Ce qui confirme "la tendance engagée ces dernières années avec un changement de structure des projets plus souvent orientés vers des travaux lourds de résorption de l'habitat indigne, insalubre et très dégradé", précise l'Anah. 87 % des logements ont été remis sur le marché après rénovation à des niveaux de loyers social et très social, ce qui reste dans le même ordre de grandeur qu'en 2018.

 

Habitat indigne et précarité énergétique, les deux priorités renforcées

 

L'Anah a catégorisé ses subventions par grands objectifs. En 2019, l'activité de l'habitat indigne "continue de progresser légèrement" par rapport à 2018, en termes de montant d'aides (+2,5%, à 129 millions d'euros), malgré un nombre de logements aidés en diminution de 12% (10.000 logements). Cette baisse reflète, ainsi qu'indiqué plus haut, celle des propriétaires bailleurs et syndicats de copropriétaires, plutôt que des occupants. "On constate cependant une forte progression de logements traités par les communes (+321 %) au travers des travaux d'office", précise l'agence. Enfin, l'évolution du montant des aides "s'explique par des travaux plus conséquents au logement. En effet 42 % des logements ont un programme de travaux incluant la rénovation énergétique, dont 55 % sont des logements voués à la location".

 

La lutte contre la précarité énergétique, deuxième grand champ d'action, a représenté 67 % des aides aux travaux en 2019 (contre 75 % en 2018), soit environ 649 millions d'euros. L'activité du programme Habiter Mieux dans son ensemble progresse en 2019 de 88% par rapport à 2018. L'Anah note "l'accélération inédite et exceptionnelle de la progression du nombre des bénéficiaires du programme" avec 117.000 logements financés en 2019 contre 62.000 en 2018. Le nombre des propriétaires occupants financés, notamment, a plus que doublé pour atteindre 109.000.

 

D'un côté, les aides Habiter Mieux sérénité, dédiées aux rénovations globales nécessitant un accompagnement personnalisé, ont obtenu "des résultats stabilisés et dépassant l'objectif de 41.000 logements aidés", notamment dans les opérations du secteur programmé engagées à l'initiative des collectivités territoriales. Le gain de performance moyen de ces opérations s'élève désormais à plus de 42%.
Il vous reste 44% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp