Nichées à 200 mètres de l'océan Atlantique, entre Saint-Gilles-Croix-de-Vie et les Sables d'Olonne, cinq villas ont été imaginées et réalisées par Damien Lamy et sa compagne Marylou au cœur d'une propriété d'1,2 hectare. Fixés sur un ponton unique et sur pilotis, ces écolodges sont conçus avec un toit commun et communiquent les uns aux autres. Décorés à l'image des logements scandinaves, le calme et la sérénité sont les maîtres mots lorsqu'on entre à l'intérieur. Visite guidée.

"L'idée de ces villas ponton est venue en feuilletant un magazine d'architecture. Nous avons découvert le travail de l'architecte finlandais, Olavi Koponen. Il avait construit sa maison de vacances sur une île", raconte Damien Lamy, propriétaire de la ferme du Marais Girard. Avec sa femme, ils ont eu directement le coup de foudre pour ce projet. Après avoir acheté un ancien corps de ferme de près d'1,2 hectare, le chantier titanesque a pu commencer. C'est en lien avec les architectes nantais Tica que le projet a vu le jour. Nichées dans la partie la plus sauvage de la propriété les villas ponton sont fixées sur un ponton commun. A 300 mètres de la plage et cinq minutes du centre-ville, la ferme du marais Girard offre des prestations exceptionnelles.

 

Des villas labellisées "écolodge"

 

Le fil rouge suivi par le duo ? Un tourisme éco-responsable. Pour obtenir le label écolodge, les propriétaires ont du respecter un cahier des charges. Pour la partie ancienne de la propriété, il fallait qu'elle soit rénovée avec des méthodes et matériaux traditionnels. "Je me suis resservi des matériaux de déconstruction, cela fait également partie des critères", ajoute le propriétaire.

 

Pour la partie neuve, comme les villas ponton, il était obligatoire d'utiliser des matériaux aussi naturels que possible. "Nous avons utilisé du liège, des copeaux de bois, le maximum de matériaux naturels", détaille-t-il. Toutes les infrastructures installées sur la propriété doivent être peu énergivores et impacter le moins possible l'écosystème. C'est le cas notamment de la piscine biologique.

 

Marylou, quant à elle, passionnée par la cuisine "alternative", œuvre au quotidien pour sensibiliser les vacanciers au respect de l'environnement.

 

Avant l'ouverture officielle des lieux en 2014, le chantier a été divisé en deux parties, le côté bâti ancien à rénover d'une part, et, d'autre part, la construction de A à Z des villas ponton. Le principe de ces villas ? Un toit commun, des habitations sur pilotis et un ponton commun. "Elles sont conçues sous la forme de boîtes qui communiquent les unes avec les autres", détaille Damien Lamy.

 

Pour découvrir ces villas originales, rendez-vous en pages suivantes...

actionclactionfp