Arep apportera son expertise en matière de flux et interviendra sur la question des mobilités et des franchissements, notamment de la construction sur les emprises ferroviaires. La mise à l'étude d'une nouvelle gare du RER D est également envisagée, afin de mieux desservir le quartier et le replacer dans la métropole du Grand Paris. Les spécialistes français des gares notent : "Arep propose ainsi de réconcilier la ville de Charenton-le-Pont avec son identité ferroviaire en créant un franchissement urbain qui permette à la fois de recoudre les quartiers et de relier la ville à l'ensemble des mobilités par un maillage performant". Il est prévu que la première phase de travaux débute, en 2021, par le percement de la rue Baron-le-Roy, afin de matérialiser cette liaison avec Paris. Cette rue, créée en 1993, constitue déjà la colonne vertébrale du quartier Saint-Emilion, côté 12e arrondissement de Paris, mais elle bute aujourd'hui sur le nœud ferroviaire Bercy-Gare de Lyon et son prolongement nécessitera de lui faire franchir ces voies ferrées ainsi que le boulevard Périphérique. Les porteurs du projet promettent d'en faire une "voie partagée et animée" ainsi qu'une "artère commerçante".

actioncl