Lors d'une opération de rénovation/agrandissement d'une maison 1900, une solution de chauffage originale a été incorporée : elle repose sur l'utilisation d'un capteur solaire thermique en toiture qui réchauffe l'air circulant dans un réseau placé au niveau du sol. Un système à la fois simple et discret qui permet de réduire la facture énergétique. Explications.

A l'occasion de la rénovation du salon de sa maison mayennaise, Denis Aubert a opté pour une solution de chauffage peu ordinaire : "Le plancher chauffant n'était initialement pas au programme. Mais on nous a parlé d'une société qui réalisait un système très simple, ne nécessitant pas d'entretien", nous explique-t-il. C'est l'entreprise générale Castell, intervenue au titre de conseiller, qui a proposé une solution de chauffage durable et économique consistant à alimenter la circulation d'air du plancher chauffant par un capteur solaire thermique, installé en toiture et, alternativement, par la cheminée en foyer fermé.

Une solution sans sophistication excessive

Techniquement, le système se veut le plus simple possible, ne faisant appel qu'à des matériaux de construction ordinaires. "C'est un simple labyrinthe de parpaings, de 40 cm de long par 20 cm de haut. La toiture en ardoise a été équipée d'un certain nombre de tuiles de verre, le tout étant fixé sur un bac acier isolé", précise le propriétaire des lieux. "Une lame d'air chaud se crée dans l'espace ménagé et la ventilation vient l'insuffler dans le réseau situé sous le plancher, un étage plus bas", assure-t-il. Le discret capteur solaire, totalement intégré à la toiture, ne mesure que 16 m² mais parvient à chauffer les presque 54 m² du salon. "En été, il suffit de couper la circulation d'air pour conserver la fraîcheur. En hiver, ce type de chauffage ne fonctionne qu'avec le soleil, mais quatre heures d'ensoleillement suffisent pour fournir 48 heures de chaleur", poursuit Denis Aubert. Car la solution adoptée permet d'utiliser la masse de la dalle comme un élément d'inertie thermique : la chaleur est ainsi accumulée pendant la période de chauffe puis diffusée par le sol sur une longue période.

Un surcoût qui sera effacé par les économies réalisées

En complément, la cheminée à foyer fermé est reliée au système, par le biais d'un second ventilateur. "La bascule se fait automatiquement afin d'insuffler de l'air chaud dans le plancher. Un clapet est asservi à une sonde de température qui déclenche le ventilateur le plus indiqué", précise le propriétaire qui se déclare pleinement satisfait de l'installation. "Le système est en service depuis le mois de janvier 2014 et il a déjà démontré son efficacité : environ 30 % de bois a pu être économisé". Du côté du budget de l'opération, Denis Aubert précise : "Le surcoût pour les travaux a été de l'ordre de 2.000 à 3.000 €, sur un budget total de rénovation de 30.000 €, qui comprenait la rénovation du salon de 30 m² et une extension d'une vingtaine de mètres carrés supplémentaires avec une baie vitrée". Le système de plancher chauffant par circulation d'air, rustique et sans équipement électronique sophistiqué, répond donc pleinement aux besoins de l'occupant des lieux qui souhaitait, de plus, ne faire intervenir que des artisans locaux (maçon et carreleur).

Découvrez le projet en images dans les pages suivantes.


bandeau trophées
bandeau trophées © DR

actionclactionfp

Fiche technique

PLancher chauffant air circulant
PLancher chauffant air circulant © J. Castillanos
Maître d'ouvrage : D. Aubert (Montourtier)
Entreprise générale : Castell SARL (Malicorne-sur-Sarthe)
Opération : création d'un plancher chauffant par circulation d'air, alimenté par capteur solaire thermique et hotte de cheminée
Surface rénovée : 53,6 m²
Coût installation : 11.000 € HT
Economie réalisée : -30 % de bois de chauffage

Labyrinthe

Plancher chauffant air circulant
Plancher chauffant air circulant © J. Castellanos
Le schéma du labyrinthe de parpaings inséré sous le plancher, afin que l'air chauffé par le capteur thermique de toiture ou par la cheminée, se répartisse sous l'ensemble de la pièce.

Mise en oeuvre

PLancher chauffant air circulant
PLancher chauffant air circulant © J. Castillanos
Les dessous du plancher chauffant : c'est de l'air chaud qui remplace le fluide habituellement utilisé.

Schéma de coupe

Plancher chauffant air circulant
Plancher chauffant air circulant © J. Castellanos
Le schéma de principe illustre les différents matériaux de base utilisés pour amener de la chaleur et de l'inertie thermique au salon.

Pose du plancher

PLancher chauffant air circulant
PLancher chauffant air circulant © J. Castillanos
Le terrassement a été plus profond que prévu initialement par le propriétaire des lieux, afin de ménager l'espace nécessaire à l'installation du labyrinthe d'air chaud ensuite recouvert.

Intérieur

PLancher chauffant air circulant
PLancher chauffant air circulant © J. Castillanos
L'installation terminée reste discrète : la cheminée à foyer fermé est elle aussi reliée au plancher chauffant afin de prendre le relai de la toiture solaire thermique, lors des moments où l'ensoleillement n'est plus suffisant.

Toiture solaire

Plancher chauffant air circulant
Plancher chauffant air circulant © J. Castellanos
Les 16 m² de briques de verre ont un effet "serre" et créent suffisamment de chaleur pour réchauffer les 54 m² du salon situé en dessous.