GRAND PROJET. SNCF Gares & Connexions a confirmé tard dans la soirée de mardi, mettre fin au contrat qui le liait avec Ceetrus, foncière du groupe Auchan, pour le chantier de rénovation de la Gare du Nord.

Dans la journée de mardi, il était fait état d'une forte "inquiétude" sur l'évolution du projet, mais finalement, le verdict est tombé hier soir avec la confirmation par SNCF Gares & Connexions de l'abandon du projet de modernisation de la Gare du Nord à Paris, tel qu'il avait été conclu avec la filiale du Groupe Auchan.

 

"Compte tenu de ces dérives insupportables par rapport aux engagements contractuels de StatioNord SNCF Gares & Connexions ne peut que constater la défaillance grave de son concessionnaire et prononcer sa déchéance" affirme SNCF & Gares Connexions dans un communiqué. En cause, l'annonce le 5 juillet dernier par StatioNord, l'entité concessionnaire créée à l'occasion de la signature du contrat avec Ceetrus, de "dérives budgétaires et de planning [qui] ne sont pas acceptables" : dérapage du coût prévisionnel des travaux de 390 millions d'euros à 750 millions d'euros, portant la facture du projet global à plus de 1,5 milliard d'euros contre les 500 millions initialement envisagés fin 2020 ; une fin de travaux "au plus tôt en 2026" soit bien après les échéances prévues de la Coupe de monde du Rugby de 2023 et les JO de 2024 ; et enfin "des perturbations sévères du trafic et de l'environnement urbain."

 

Dans un communiqué, relayé par l'AFP, Ceetrus a, de son côté, déclarer "[regretter] le manquement manifeste de son partenaire, SNCF Gares & Connexions, à ses responsabilités de co-actionnaire et à la loyauté requise entre les partenaires d'une entreprise commune", ajoutant qu'elle avait "toujours agi dans l'intérêt du projet."

 

Une facture à plus de 1,5 milliard d'euros : "La chronique d'un projet qui s'est mal déroulé sur le plan technique" selon le ministre

 

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, s'exprimant ce mercredi 22 sur RMC/BFMTV, a précisé que la SNCF avait le plein soutien du Gouvernement : "On a demandé à la SNCF de préparer un projet beaucoup plus réduit, dans une dimension de l'ordre de 50 millions d'euros, pour faire des aménagements et répondre aux enjeux de 2023 et 2024", soit la Coupe du monde de rugby et les JO, a-t-il précisé. "Le projet initial était de 600 millions d'euros et a glissé vers 1,5 milliard, et qui s'est décalé de deux à trois ans dans le calendrier. C'est la chronique d'un projet qui s'est mal déroulé sur le plan technique", regrette-t-il.

 

SNCF Gares & Connexions entend trouver une solution en interne - notamment avec AREP - autour d'une "adaptation rapide de la Gare du Nord aux enjeux des deux événements sportifs de 2023 et 2024" et lancer "la conception d'un nouveau projet de transformation de la Gare du Nord, élaboré en concertation étroite avec les acteurs publics concernés", précise l'entreprise dans son communiqué.

 

La Mairie de Paris également mobilisée

 

De son côté, la mairie de Paris, qui se déclare "pleinement mobilisée aux côtés de SNCF Gares & Connexions", a réagi également dès l'annonce de l'abandon du projet : "Nous sommes disponibles et volontaires pour engager un nouveau projet de rénovation de la Gare du Nord qui soit au service des usagers du quotidien, de l'insertion urbaine et de l'intermodalité, a annoncé Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire PS Anne Hidalgo, dans un communiqué. Ce projet doit pouvoir être engagé pour les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024." La maire du 10e arrondissement de Paris, où se situe la gare a également réagi : "Les habitants du 10e veulent un nouveau projet, plus écologique (...) qui permette enfin de libérer son parvis de la circulation automobile et des nombreux véhicules qui y stationnent chaque jour."

 


Pour rappel,la filiale de la compagnie ferroviaire avait sélectionné la foncière du groupe Auchan en juillet 2018 pour conduire le projet de rénovation de la gare parisienne, avec pour objectif de tripler sa surface en prévision des Jeux olympiques de 2024. La concession du projet a été confiée à SA Gare du Nord 2024 (StatioNord), une co-entreprise formée par SNCF Gares & Connexions (détenant 34% du capital) et Ceetrus (66%), cette dernière étant chargée de la conception, de la réalisation et du financement des opérations. À l'issue d'une longue polémique avec la mairie de Paris, qui avait pourtant validé le dossier à l'origine, une mouture moins ambitieuse du projet avait finalement été adoptée en novembre 2020.

actionclactionfp