MÉTHODE. L'urbanisme transitoire a décidément le vent en poupe. Si SNCF Immobilier est familier du concept, pour avoir, via sa filiale Espaces ferroviaires, "activé" nombre de friches situées dans la capitale, mais pas seulement, d'autres acteurs s'engagent dans cette voie, à l'image de Paris-Saclay qui a lancé Version bêta, une "démarche globale d'urbanisme transitoire à l'échelle de l'Opération d'intérêt national", dont le premier marché est lancé ce mois-ci.

Contemplation à Arles, la Cité Fertile à Pantin, Ground Control, la Station Gare des Mines, Morning Marcadet ou la Caverne à Paris... La liste est longue des délaissés urbains appartenant à la SNCF que l'opérateur "active" le temps de lancer les projets urbains, en faisant appel à des structures qui auront pour but de faire vivre le lieu, d'y inventer des usages qui n'existaient pas, et d'en faire une centralité, le temps d'une, deux ou trois saisons.

 

A Rouen, la Friche Lucien entre dans sa deuxième année d'exploitation en tant que "tiers-lieux culturel et familial". Le site de 4.000 m² est mis à disposition par SNCF Immobilier. L'Atelier Lucien, le collectif qui en a remporté la gestion, a ouvert de nouveaux espaces, avec notamment deux terrains de pétanque libres d'accès et un nouvel espace sonorisé pour accueillir les concerts. Pendant cinq mois, en attendant la transformation du site en une nouvelle gare pour la métropole rouennaise, les porteurs vont tenter d'y faire "converger artistes, acteurs du milieu culturel rouennais et citoyens".

 

Paris-Saclay lance une démarche globale

 

Depuis plusieurs années, l'EPA Paris-Saclay "encourage le déploiement de lieux de vie et d'animation éphémères sur son territoire" en parallèle à l'évolution de l'aménagement des différents quartiers : appel à projets foodtrucks, occupation transitoire du Point F et du Proto204, ou encore pépinière des espèces locales sur le plateau de Satory. Cette tendance est formalisée au sein de Paris-Saclay Version bêta, une stratégie portant sur l'ensemble du territoire de l'OIN, ce qui constitue, vante l'aménageur, "une démarche inédite à cette échelle".

 

Cette démarche a pour but de mettre à profit, le temps des chantiers, les sites en attente d'un aménagement définitif, d'impulser une dynamique collective au travers d'opérations d'urbanisme transitoire qui favorisent le développement d'activités économiques et culturelles (lieux d'innovation, espaces évènementiels, lieux de convivialité à destination des premiers usagers/habitants…), de favoriser l'appropriation des projets d'aménagement par les usagers (préfiguration d'équipements publics, maison du projet), et d'amorcer, enfin, des changements d'usages. L'EPA a choisi, en 2019, à l'issue d'une consultation, le Sens de la Ville, en groupement avec Julien Beller Architecte, Gingko Avocats et le bureau d'études Scoping, pour l'accompagner dans cette démarche et élaborer une stratégie cohérente.

 

Un premier marché par dialogue compétitif

 

Situé sur les communes de Palaiseau, Orsay et Gif-sur-Yvette, le Campus urbain verra se dérouler les premières actions issues de la stratégie. Dans ce cadre, un marché d'activation est lancé, ce mois-ci, sous la forme d'un dialogue compétitif "afin de permettre, dans un premier temps, de déployer des actions et des installations temporaires dans l'espace public", sur les quartiers de Moulon et de l'École polytechnique du Campus urbain : construction de mobilier urbain temporaire, signalétique provisoire, organisation d'évènements culturels et festifs, de visites de chantier, etc. Deux lieux pourront être mis à la disposition du groupement lauréat : le point F, bâtiment historique, et un emplacement sur la place Marguerite Perey dans le quartier de l'École polytechnique.

 

Plusieurs types de structures peuvent répondre au marché d'activation, et les regroupements sont "vivement encouragés", indique l'EPA dans un communiqué. La démarche doit reposer sur trois piliers, prévient l'aménageur : "faire ensemble", premièrement, pour "encourager les initiatives collectives et fédérer les différents publics des territoires de Paris-Saclay". À ce titre, l'EPA a déjà lancé des ateliers pour "associer les usagers des deux quartiers du Campus urbain à la définition des besoins et à la mise en œuvre du programme d'activation". "Liberté de faire", ensuite : "proposer des lieux d'expérimentation, et permettre aux usagers de s'impliquer concrètement dans la mise en place d'aménagements transitoires". "Faire pour essayer", enfin, en testant "des utilisations de bâtiments, de l'espace public ou des activités qui pourront être conservées dans le projet urbain, et se donner un 'droit à l'erreur' en proposant des usages réversibles".

 

Après une visite sur place à l'intention des structures intéressées, deux séances de dialogue avec l'EPA seront organisées en juillet, avant la remise des offres finale en septembre, le tout pour un démarrage de la mission à la fin de l'année.

actionclactionfp