PROFESSION. Le président du conseil national de l'ordre des architectes a vivement réagi au rapport Sichel, sur la rénovation énergétique. Contacté par Batiactu Denis Dessus regrette notamment que l'ordre n'ait pas été consulté pour l'écriture du document rendu public le 17 mars.

Le rapport Sichel continue de faire couler beaucoup d'encre. Après la réaction du président du principal syndicat d'architectes, qui s'est dit "atterré" par le traitement réservé aux architectes, c'est au tour de Denis Dessus, président conseil national de l'ordre des architectes (Cnoa), de fustiger les propositions du rapport d'Olivier Sichel, directeur général délégué de la Caisse des dépôts.

 

Remis à la ministre du Logement Emmanuelle Wargon le 17 mars dernier, ce rapport porte sur la "réhabilitation énergétique massive, simple et inclusive des logements privés", en accélérant les rénovations performantes des logements français, notamment les passoires thermiques. "Le Cnoa regrette de ne pas avoir été consulté par monsieur Sichel. D'ailleurs, aucun représentant de la maîtrise d'œuvre ne l'a été. Les 25.000 entreprises d'architecture conçoivent, prescrivent et assurent la maîtrise d'œuvre de près de 20 milliards de travaux en rénovation. Oublier un acteur fondamental de l'acte de construire et rénover dans la concertation expliquent certainement les conclusions du rapport", a critiqué le président du Cnoa.

 

Un métier déjà existant

 

Le document de plus de 130 pages propose de créer le rôle d'accompagnateur, nommé "Mon accompagnateur rénov", mais aussi de monter une plateforme digitale qui permettrait aux parties prenantes de suivre l'évolution de l'opération, ainsi que de développer des dispositifs d'avance des aides financières sur travaux.

 

La proposition de créer un nouveau métier a surpris Denis Dessus. "Cet accompagnateur existe déjà et c'est l'architecte, dont près de 3.000 sont inscrits sur la plate-forme Faire", estime le président du Cnoa. "Les architectes sont les seuls à être formés, au terme d'un long cursus théorique et pratique, à avoir une approche multicritère intégrant les questions d'énergie, d'écologie, de fonctionnalité, de santé, d'usage, de qualité du cadre bâti et de valorisation du patrimoine."

 

Les architectes, acteurs primordiaux dans les travaux de rénovation

 

"Nous demandons depuis des années que la maîtrise d'œuvre, conception et suivi du chantier, soit intégrée dans le coût des travaux éligibles à des aides publiques de la rénovation. Cela serait plus efficace et plus réaliste que de rendre obligatoire cet 'accompagnateur'. C'est la seule condition pour une rénovation qualitative et satisfaisante pour l'usager. Il ne peut y avoir de chantier sans conception, prescription et contrôle de l'exécution. C'est une évidence dans le cadre des marchés publics de travaux. Pourquoi cela ne le serait-il pas pour les marchés privés de rénovation ?", a-t-il questionné.

"Répondre aux besoins de rénovation des ménages ne peut se traduire par recouvrir nos bâtiments de plastique et de polystyrène..."

 

Denis Dessus a insisté sur l'importance du rôle des architectes, cités par les ménages comme des interlocuteurs clés dans les travaux de rénovation énergétique de qualité. "Recourir à un architecte apporte une garantie de compétences, une garantie d'éthique, une garantie contractuelle et des garanties professionnelles. Toutes ces garanties caractérisent l'acteur du socle de confiance évoqué dans le rapport."

 

Pour une approche plus écologique

 

"Aussi, nous ne comprenons pas la complexité des montages proposés qui embrouillent l'esprit de ceux qui y ont recours, mélangent les genres et les fonctions, dédoublent le nombre de guichets uniques définis par la loi Climat", a-t-il ajouté. "Nous préconisons que ces guichets permettent aux acteurs, architectes, bureaux d'études, entreprises, financeurs, d'intervenir chacun dans leur champ professionnel, de façon claire, pour garantir des services de qualité aux usagers, sans pour autant inventer de nouveaux acteurs et intermédiaires."

 

Le Cnoa regrette également le fait que le rapport se soit uniquement focalisé sur la rénovation thermique et l'énergie, espérant que celui-ci embrasse une approche "holistique efficace" et "écologique vertueuse". "Répondre aux besoins de rénovation des ménages ne peut se traduire par recouvrir nos bâtiments de plastique et de polystyrène...", a-t-il conclu.

actionclactionfp