ÉCONOMIE. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a annoncé dans la presse que l'échéance du dispositif des PGE va être une nouvelle fois repoussée de six mois : alors qu'il devait s'arrêter à l'origine à la fin juin 2021, puis à la fin décembre 2021, le Gouvernement a finalement décidé de maintenir la mesure jusqu'à la fin juin 2022. En cause, les craintes autour d'une éventuelle hausse des défaillances d'entreprises dans le courant de l'année prochaine.

Et six mois de plus. Alors que l'échéance du dispositif des Prêts garantis par l'État, ou PGE, a déjà été repoussé une fois, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire vient d'annoncer dans la presse un nouveau report de la mesure. À l'origine, cette aide emblématique du soutien apporté par le Gouvernement au début de la crise du Covid en mars 2020 devait s'arrêter à la fin juin 2021. Dans un premier temps, l'exécutif a décidé de le maintenir jusqu'à la fin décembre 2021. Mais, dans une interview à nos confrères du Figaro, le locataire de Bercy annonce aujourd'hui que le dispositif va encore être prolongé : "Toutes les entreprises qui avaient des perspectives avant la crise sanitaire doivent pleinement profiter de la reprise. C'est pourquoi nous prolongeons de six mois la distribution des PGE", a indiqué Bruno Le Maire. Il sera donc possible de souscrire un prêt jusqu'à la fin juin 2022.

 

Dans l'attente du vote au Parlement et du feu vert de l'Europe

 

Une décision qui dénote dans un contexte où le fameux "quoi qu'il en coûte" a cédé sa place au "sur-mesure", mettant fin à plusieurs mesures d'aide à l'image du Fonds de solidarité. Il faut dire que le succès des PGE a été au rendez-vous, avec quelque 141 milliards d'euros octroyés à l'échelle nationale (sur les 300 débloqués pour l'occasion) à environ 692.000 entreprises, tous secteurs d'activité confondus. Dans la construction, le montant de l'enveloppe octroyée s'élève à environ 12 milliards d'euros, derrière le secteur du commerce, l'industrie, les activités scientifiques et techniques et la banque-assurance. Avec ce nouveau report, "les conditions d'octroi souples des PGE resteront identiques, via les banques, et peu importe la taille ou l'activité de l'entreprise", croit savoir Le Figaro. En revanche, les entreprises dites "zombies", autrement dit celles qui étaient déjà en difficulté financière avant le 31 décembre 2019, ne pourront toujours pas y prétendre.

 

Ce prolongement de six mois des PGE peut s'apparenter à "un nouveau coup de pouce de l'exécutif, à quelques mois de l'élection présidentielle" comme le souligne le quotidien généraliste, mais il est également probable que Bercy craigne une éventuelle hausse des défaillances d'entreprises dans le courant de l'année prochaine - même si, pour l'heure, le phénomène est particulièrement calme. Dans l'immédiat, le Gouvernement devrait donc déposer un amendement relatif à cette décision au projet de loi de Finances 2022 actuellement examiné au Parlement. Mais tout ne sera pas gagné pour autant, car la Commission européenne devra encore avaliser cette prorogation. Cette dernière communiquera sa réponse le 17 novembre, d'après nos confrères.

actionclactionfp