TRÉSORERIE. Alors que beaucoup d'observateurs craignaient une vague de défaillances d'entreprises après la crise du Covid et l'octroi des Prêts garantis par l'État (PGE), les chiffres de la Banque de France parus dans la presse montrent finalement une proportion extrêmement faible de procédures judiciaires.

La situation serait bien moins pire que ce que beaucoup de spécialistes redoutaient. Selon des données de la Banque de France que Les Échos ont pu obtenir, 3.944 entreprises ont fait l'objet d'une procédure de défaillance depuis la création des Prêts garantis par l'État (PGE) en mars 2020, lors du premier confinement sanitaire. Soit "un taux de défaut de 0,6%" sur les 650.836 prêts accordés au total par les pouvoirs publics.

 

Les entreprises en défaut ne représentent que 0,29% de l'encours total des PGE

 

Le quotidien économique précise que les entreprises en cessation de paiement ont emprunté 394 millions d'euros, ce qui ne représente qu'environ 0,29% de l'encours total débloqué par le Gouvernement, de l'ordre de 135 milliards d'euros. Précision toutefois importante, "la Banque de France dit cependant ne pas être en mesure d'évaluer la perte finale sur ces PGE pour l'État", peut-on encore lire.

 

Toujours d'après les chiffres communiqués par la Banque de France, ces 3.944 entreprises en procédure se composent de 2.993 sociétés en liquidation judiciaire et de 951 ont été ou sont toujours en redressement judiciaire. Si elle considère ces données comme "rassurantes", l'institution a néanmoins précisé à nos confrères "rester vigilante" sur le sujet.

actionclactionfp