LOGEMENT SOCIAL

 

Benoît Hamon :
- Renforcer l'application de la loi SRU.
- Construire 150.000 logements sociaux par an, dont 130.000 logements très sociaux.
- Construire 60.000 logements sociaux pour les jeunes et les étudiants en 5 ans et adapter 150.000 logements pour le vieillissement.

 

Philippe Poutou :
- Construire 200.000 logements sociaux par an.
- Geler les loyers et arrêter les ventes de logements HLM.
- Renationaliser les bailleurs sociaux.

 

François Asselineau :
- Renforcer la loi SRU en procédant à une hausse drastique des amendes lorsque les municipalités sont défaillantes dans la construction de logements sociaux.
- Construire 80.000 logements sociaux par an.

 

Jacques Cheminade :
- Réhabiliter 500.000 logements par an et en construire 500.000 par an, dont entre 150.000 et 200.000 relèveront des bailleurs sociaux qui devront en réserver une partie (5.000) à des "très pauvres".
- Porter à 4 milliards d'euros l'enveloppe de la Caisse des Dépôts mise à la disposition des organismes HLM.

 

François Fillon :
- Assouplir la loi SRU et introduire des règles de plafond en fonction des caractéristiques des territoires afin de produire un plus grand nombre de logements sociaux là où sont les besoins.
- Rendre l'accès au logement social plus juste.
- Favoriser la mobilité et mettre en place une politique active de vente des logements HLM à leurs locataires.

 

Jean-Luc Mélenchon :
- Lancer un plan d'éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux.
- Renforcer les sanctions des communes trop faiblement dotées en parc social.
- Construire un million de logement en 5 ans et 15.000 logements sociaux étudiants par an.

 

Nicolas Dupont-Aignan
- Revoir de fond en comble la loi SRU et inclure l'accession sociale à la propriété dans le décompte du quota de logements sociaux.
- Gérer le quota de logements sociaux au niveau de l'intercommunalité et non de la commune, faire porter les prescriptions de la loi sur les flux et non les stocks.

 

Marine Le Pen :
- Lancer un grand plan de construction de logements étudiants et revaloriser de 25 % les APL pour les jeunes jusqu'à 27 ans dès la première année du quinquennat.
- Faciliter l'accès à la propriété en renforçant les dispositifs de prêts aidés et en améliorant les conditions de rachat par les locataires de leur logement social pour parvenir à 1 % du parc HLM vendu chaque année.
- Réserver prioritairement aux Français l'attribution du logement social, sans effet rétroactif, et le mobiliser vers les publics qui en ont le plus besoin.

 

Nathalie Arthaud :
- Construire des millions de logements. Une construction qui devrait être réalisée par l'État pour permettre de les louer à prix coûtant et garantir des loyers accessibles aux classes populaires.

 

Emmanuel Macron :
- Mettre la priorité sur l'Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur où les besoins sont les plus importants.
- La construction de 80.000 logements pour les étudiants et les jeunes actifs.
- Faire la transparence sur l'attribution des logements sociaux.
- Mettre en place, pour l'attribution des logements sociaux un système de points, fondé sur des critères objectifs (taille de la famille, niveau des ressources, lieu de recherche).

 

Jean Lassalle :
- Donner un toit à chaque personne sans abri et "restructurer l'offre du logement pour ne plus faire grimper les prix".

 


Encadrement des loyers, loi ALUR


Philippe Poutou
- Geler les loyers afin qu'ils ne dépassent pas 20% du revenu.
- Réquisitionner les bâtiments vides inoccupés depuis 2 ans.

 

Jacques Cheminade
- Supprimer l'encadrement des loyers et le remplacer par un "bail homologué" accordant des avantages fiscaux complémentaires aux propriétaires bailleurs pour encourager la construction moyen-haut de gamme.

 

François Fillon :
- Supprimer l'encadrement des loyers et créer un "bail homologué qui accordera des avantages fiscaux supplémentaires au propriétaire, proportionnels à la faiblesse des loyers pratiqués.
- Rééquilibrer les relations entre les bailleurs et les locataires en instaurant une procédure accélérée pour réduire les délais d'expulsion en cas de non-paiement du loyer (près de 3 ans aujourd'hui). En contrepartie, il sera interdit au propriétaire de demander aux locataires certaines garanties excessivement contraignantes.

 

Emmanuel Macron:
- Maintenir et évaluer l'encadrement des loyers.

 

Benoit Hamon :
- Renforcer l'encadrement des loyers dans les métropoles.
- Création d'une garantie universelle des loyers, pour sécuriser les locataires comme les propriétaires.

 

Jean-Luc Mélenchon :
- Interdire les expulsions sans relogement
- Création d'une sécurité sociale du logement" dont la mission serait de couvrir les impayés de loyers.
- Réquisitionner" les bâtiments vides. Pour lutter contre les logements vacants, augmenter la taxe sur les logements vacants dans les zones tendues, à 50% la première année et à 100 la seconde.
- Encadrer les prix dans le parc locatif privé et plafonner les loyers dans le parc social.

 

Nicolas Dupont-Aignan :
- Alléger les procédures d'expulsion pour les "mauvais payeurs de mauvaise foi".
- Expulser les squatteurs des propriétés privées.

 

Nathalie Arthaud :
- Renforcer l'encadrement des loyers dans le parc immobilier privé
- Interdire les expulsions locatives
- Réquisitionner les logements vacants

 

NORMES DE CONSTRUCTION

 

François Fillon :
- Alléger les contraintes pesant sur l'investissement dans le logement : simplifier les normes, raccourcir les délais de procédure et encourager l'innovation.

 

Nicolas Dupont-Aignan :
- Rationaliser le cadre règlementaire afin d'éviter l'accumulation de normes dans le secteur du logement. Création d'une commission parlementaire associant locataires, propriétaires et professionnels.

 

Marine Le Pen :
- Rationnaliser et simplifier les normes d'urbanisme et de construction afin de résorber les tensions sur le marché du logement", tout en veillant à la préservation des espaces protégés naturels (littoral, montagne).

 


AIDES FISCALES

 

François Fillon :
- Développer des logements intermédiaires en zones hypertendues pour les classes moyennes (TVA à taux réduit pour le logement locatif intermédiaire et l'accession sociale).
- Donner les mêmes aides budgétaires et fiscales aux investisseurs, qu'ils soient publics ou privés.
- Maintien d'un dispositif d'aide à l'investissement locatif, basé sur un amortissement de longue durée (entre 20 et 30 ans).
- Le PTZ sera réservé à l'accession uniquement pour les logements neufs, sauf en zone rurale.
- Mise en place d'une défiscalisation spécifique pour la réhabilitation des logements.

 

Nicolas Dupont-Aignan :
- Renforcer l'impact du prêt à taux zéro en le réservant au neuf ou à l'ancien réhabilité
- Supprimer les droits de mutations pour la première acquisition d'un logement pour encourager la primo-accession.

 

ANRU Rénovation urbaine


Jean-Luc Mélenchon :
- Réformer l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) pour qu'elle soit financée par l'État et que les projets de renouvellement urbain promeuvent les réhabilitations écologiques plutôt que les démolitions.

 

François Fillon :
- Poursuivre la rénovation urbaine initiée en 2004 et mettre l'accent sur les aménagements urbains (équipements scolaires, commerces et services de proximité, sécurisation d'immeubles par le gardiennage, la vidéoprotection et la résidentialisation).
- Redynamiser les centres bourg, territoires ruraux et périurbains

 

Emmanuel Macron :
- Lancer un grand Plan d'investissement de 50 milliards d'euros. Ce plan sur 5 ans sera mis au service des qualifications de tous les citoyens, de la transition écologique, de la révolution numérique, de la modernisation des services publics et de la rénovation urbaine.

 

Benoit Hamon :
- Lancer un plan de 100 milliards d'euros sur cinq ans pour la rénovation urbaine et thermique, et pour le bien vivre en ville et dans la ruralité.

 

Marine Le Pen :
- Rééquilibrer la politique de la ville vers les zones désertifiées et rurales.

 

Jean Lassalle:

 

- Réduire le délai de construction pour les promoteurs achetant un terrain (régime de la TVA immobilière) de 4 ans à seulement 2 ou 3 ans.

 

ACCESSIBILITÉ - ADAPTATION DES LOGEMENTS

 

Nicolas Dupont-Aignan :
- Faciliter les démarches des plus de 65 ans qui souhaitent effectuer des travaux d'aménagement visant à rester dans leur logement.
- Créer un guichet unique et un numéro vert au niveau des préfectures afin d'orienter les retraités et diminuer la TVA sur les travaux d'aménagement visant à leur permettre de rester dans leur logement.

 

François Fillon :
- Lancer un plan d'adaptation des logements au grand âge en rehaussant les plafonds de prise en charge des travaux par l'agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH),
- Développer les résidences seniors et moderniser les résidences autonomie.

 

Benoit Hamon :
- Instaurer un crédit d'impôt de 50% des travaux d'adaptation des logements au vieillissement et lancer d'un plan domotique.

 

Découvrez les mesures pour la rénovation thermique dans la page 4.

actioncl