ENERGIE. Au lendemain de la présentation de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) présentée par le président Emmanuel Macron puis détaille par François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, l'association Coénove salue l'implication de la méthanisation dans le mix énergétique futur mais déplore un « manque d'ambition » quant aux objectifs chiffrés.

Alors que le président de la République a détaillé hier la feuille de route énergétique française pour les 10 ans à venir, l'association Coénove, qui regroupe les acteurs de la filière gaz, s'est dite satisfaite quant à la reconnaissance accordée à la méthanisation, tout en appelant à plus d'ambition de la part du gouvernement.

 

« Nous sommes satisfaits que parmi les gaz renouvelables, la méthanisation a été reconnue comme une partie importante du mix énergétique », a relevé Bernard Aulagne, président de l'association, avant d'ajouter que « cette reconnaissance ne se retrouve pas dans les objectifs chiffrés ».

 

« A la filière de se prendre en main »

 

Si Emmanuel Macron « a nommément cité les externalités positives de la méthanisation », Bernard Aulagne estime que le maintien d'un objectif de 10 % de gaz renouvelable en 2030 demeure en deçà des capacités de la filière. « Nous avons assez discuté des chiffres, à la filière de se prendre en main et d'aller au-delà des chiffres annoncés par le président », pose le président de Coénove qui cite près de 600 projets d'injection de biométhane actuellement en file d'attente des gestionnaires de réseaux.

 

Si l'association plaide pour une part plus importante de la méthanisation dans le mix énergétique et la contribution à son verdissement, son porte-parole appelle aussi à une sobriété dans la consommation d'énergie, s'avouant « choqué » par les propos présidentiels de la veille « qui limite l'efficacité énergétique aux seules énergies fossiles, quand on sait le nombre de foyers qui se chauffent à l'électricité ».

 

Au cours d'un point presse qui s'est tenu le 28 novembre, Coénove a également tenu à rappeler ses propositions en faveur d'une politique énergétique pérenne : la complémentarité des énergies et l'intégration du renouvelable, le ciblage « du bâti et des systèmes » pour la réduction des besoins énergétiques, l'atteinte de l'objectif d'un parc 100 % BBC rénové fixé à 2050, ou encore la prorogation des dispositifs d'aide financière à l'image du CITE, l'Eco-PTZ et la TVA à taux réduit.

actionclactionfp