Si vous étiez une couleur…
"Le noir, évidemment ! Je suis tombée dedans il y a longtemps, et comme c'est une drogue dure, je n'en suis pas sortie. Le rouge vient parfois travailler dedans car cela représente la vie d'une certaine façon. Mais le noir ne représente pas la mort pour moi, mais une autre lumière."

 

Si vous étiez une forme…
"Une forme un peu décalée, plutôt non régulière, et avec une partie courbe. Je ne saurais pas vous dire pourquoi."

 

Si vous étiez un objet…
"Un javelot (rires). Parce que c'est quelque chose qui est effilé, qui est fin et qui va vite. Et qui vise juste."

 

Si vous étiez un meuble…
"Un fauteuil. Qui a la fois tient le corps et permet de se relaxer."

 

Si vous étiez un bâtiment…
"Le prochain. Notamment celui que je fais à Lyon en ce moment. Tous ceux que j'ai conçus me ressemble, en fait. Donc, c'est le prochain, car je suis toujours tendue vers demain."

 

Si vous étiez une pièce de la maison…
"Je n'en ai pas une préférée. Un espace peut couvrir toutes les pièces de la maison. Aujourd'hui, l'idée de la maison, de l'habitat, c'est sa capacité à abriter les différentes fonctions de la vie de tous les jours, successivement, de façon nomade à l'intérieur de l'espace. Il faut que celui-ci puisse changer."

 

Si vous étiez un outil…
"Un couteau pliant. C'est quelque chose qu'on a sur soi, dans sa poche et qui peut servir en toutes circonstances."

 

Si vous étiez un matériau…
"Le verre, pour sa transparence, sa lumière, sa technicité, sa grande évolution et tout son potentiel."

 

Lire la suite du portrait chinois d'Odile Decq en page suivante.

actioncl