CHANTIER. En visite sur le chantier de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris deux ans jour pour jour après l'incendie qui a détruit une partie de l'édifice, le président de la République a félicité les compagnons et artisans s'activant sur le site. Tout en réaffirmant son "engagement" de rouvrir le symbole parisien au culte d'ici 2024.

Le 15 avril 2019, un incendie - dont l'origine mobilise toujours les enquêteurs - ravageait la flèche et la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, tout en fragilisant de nombreux éléments structurels de l'édifice. Deux ans jour pour jour plus tard, et alors que le premier "anniversaire" du drame avait été marqué par le premier confinement sanitaire, Emmanuel Macron s'est rendu sur le chantier de restauration pour constater l'avancement des travaux, en compagnie d'un certain nombre de responsables politiques comme la maire de Paris Anne Hidalgo et son premier adjoint Emmanuel Grégoire, ou encore la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Si la sécurisation est sur le point de s'achever cet été, la restauration à proprement parler n'a pas encore commencé.

 

La première messe depuis l'incendie devrait être célébrée dans la nef le 16 avril 2024

 

L'occasion, d'abord, de remercier et de féliciter le ballet de compagnons et d'artisans qui s'activent sur le site depuis le lendemain de l'incendie pour rebâtir ce symbole de la capitale et de l'histoire de France : "On est tous impressionnés de ce que nous voyons, du travail qui a été fait depuis deux ans. Chacune et chacun se remémore où nous étions il y a deux ans, l'émotion qui était la nôtre, l'émotion de tous les catholiques, de tous les Parisiens, et de tous les Français", a-t-il déclaré devant les ouvriers, d'après des propos rapportés par nos confrères de BFM TV. "En deux ans, un travail immense a été accompli, de sécurisation, d'expertise", a-t-il poursuivi, affirmant au passage que l'avancement du chantier constitue "un message de fierté collective".

 

Cette visite a aussi permis au chef de l'État de confirmer l'objectif de rouvrir la cathédrale au culte d'ici 2024, date théorique des Jeux olympiques dans l'Hexagone. C'est même plus précisément le 16 avril 2024 - soit cinq ans presque jour pour jour - que la première messe depuis l'incendie devrait être célébrée dans la nef. "Nous tiendrons et nous allons rebâtir (...). L'engagement de (reconstruire l'édifice d'ici) 2024 sera tenu", a indiqué Emmanuel Macron dans les colonnes du Parisien. "Ces grands défis nous rappellent que nous sommes une nation vivante qui a toujours à rebâtir et à faire. Parfois, nous nous sommes habitués à l'idée que nous étions installés, avec des certitudes. Eh bien, les temps contemporains nous bousculent et ils remettent en cause beaucoup de choses", a-t-il encore estimé dans le quotidien francilien. Le président de la République ose même la comparaison avec la crise sanitaire et économique du Covid, interprétant le chantier de la cathédrale "comme une métaphore de ce que beaucoup ressentent et que nous pouvons vivre".

 

"[...] c'est aussi l'image du savoir-faire français"

 

Lors de sa visite au sommet de l'édifice, un des compagnons avec qui il échangeait a assuré pour sa part que les équipes sont pleinement mobilisés sur les travaux : "Vous nous avez donné un objectif à tenir donc on s'y tient avec beaucoup de rigueur pour essayer d'avancer dans les meilleures conditions (...). On a vraiment à coeur d'être exemplaires, c'est aussi l'image du savoir-faire français. On sait qu'on est scrutés, regardés, attendus", a expliqué l'ouvrier à Emmanuel Macron, selon des images captés par BFM TV.

actionclactionfp