CHANTIER. La ville de Paris et l'association Les Canaux mènent un chantier d'ampleur pour la rénovation d'un site dans le XIXème arrondissement. Leur objectif est de réaliser des travaux à partir de matériaux biosourcés et réemployés. Une mission fastidieuse mais qui porte ses fruits.

La Maison des Canaux, située au 6 quai de la Seine dans le XIXème arrondissement de Paris, se veut être un exemple en termes d'économie circulaire. Propriété de la ville de Paris, le bâtiment est occupé par l'association Les Canaux et accueille des conférences, ateliers et réunions. Une première phase de rénovation a eu lieu en 2017 et recevant en 2018 le prix Territoria de bronze de la meilleure rénovation en France, grâce à ses aménagements réalisés à partir de matériaux récupérés ou recyclés. De nouveau en chantier depuis le mois de février, le bâtiment va être transformé. Cette seconde phase de travaux se concentre sur le réaménagement du rez-de-chaussée et du sous-sol, sur la construction d'une terrasse extérieure munie d'une pergola, sur la mise en accessibilité des locaux, la refonte complète du système de chauffage et l'amélioration globale de la performance énergétique du bâtiment. La livraison est prévue pour fin novembre.

 

Valoriser les déchets

 

La municipalité vise à réaliser ces travaux à 100% en économie circulaire, sans déchets, et avec des matériaux issus du réemploi ou bio-géosourcés. Elle pousse également à permettre l'insertion par l'apprentissage et à valoriser les déchets. Le groupement Grand 8, qui réunit une équipe pluridisciplinaire composée d'architectes, de bureaux d'études et d'entreprises de travaux, est chargé de suivre le projet de A à Z.

 

Pour Noëmie Staskiewicz, directrice de l'exploitation des canaux, "l'économie circulaire doit devenir l'économie dominante". "L'idée est de montrer ce qu'il est possible de faire en économie circulaire, d'inspirer les acteurs du bâtiment et, pourquoi pas, de les aider dans cette transformation", affirme-t-elle, lors d'un webinaire organisé par la plateforme collaborative Démoclès le 28 septembre et présentant le projet.

 

1,3 million d'euros de travaux

 

"95% des déchets réutilisés sur le chantier ont été soit utilisés sur place soit utilisés ailleurs originellement. Les 5% restants sont des déchets plombés ou amiantés qu'on ne sait pas traiter", chiffre-t-elle. Elle souhaite démontrer qu'il est possible de concevoir des bureaux esthétiques tout en faisant travailler un écosystème local. Une vingtaine d'acteurs ont été mobilisés autour du réemploi et de l'ameublement de la maison.

 

La première phase de travaux a donné l'image d'une rénovation réussie. Une vieille moquette a servi à en produire une nouvelle (fabriquée par Ege Carpets). Les sièges, luminaires et placard ont également été faits à partir de matériaux de réemploi. Le montant de la seconde phase de travaux réalisée en ce moment, une conception-construction sur 900 m2 sur site occupé, se table à 1,3 million d'euros. "Une grosse intervention a lieu au rez-de-chaussée pour être plus à même d'accueillir de grands rassemblements. Nous isolons le rez-de-chaussée et le premier étage et construisons une terrasse pérenne", informe Clara Simay, architecte co-gérante Grand Huit. "Nous sommes dans une démarche de conservation et souhaitons atteindre les 100% d'économie circulaire, en travaillant la réversibilité des matériaux et en faisant appel à des savoir-faire anciens."

 

Une récupération des eaux de pluie demandée

 

Plusieurs étages n'étaient pas bien isolés et le chauffage était au fioul. Une chaudière biomasse à granulés bois, une ventilation naturelle double flux à récupération et des brasseurs d'air ont été installés. Le réemploi de châssis de fenêtre et de portes en bois permet d'obtenir le treillage et le platelage de la terrasse. À partir de tissus et d'isolant réemployés, des cloisons amovibles servent d'écran acoustique et de paravent visuel pour avoir plusieurs activités dans un même espace. Le toit et le plancher de la terrasse sont construits à partir de poutres métalliques de réemploi et son socle est constitué de pierres sèches issues de la démolition. Aussi, des dalles de sol issues d'un logement social en démolition à Romainville (Seine-Saint-Denis) ont été utilisées. L'association récupère également les eaux de pluies pour les sanitaires et l'arrosage de la végétation de la terrasse.

 

Selon Clara Simay, la filière du réemploi, encore émergente, nécessite d'être renforcée. "Il faut trouver le meilleur usage pour les matériaux qu'on n'utiliserait pas sur le site et non pas un recyclage un peu à l'aveugle", affirme-t-elle. Il faut également mettre en place une logistique et une gestion des déchets qui consiste à valoriser la matière in situ issue de la démolition. Surtout, rénover en économie circulaire change la perception de la rémunération des artisans. "Le temps de travail est valorisé, pour un coût de matériau moindre par rapport à un chantier classique", avance-t-elle. L'association Les Canaux convie ainsi, les 16 et 20 octobre prochains, les professionnels du Bâtiment à visiter le chantier et découvrir le travaux réalisés lors de la première phase.

actionclactionfp