Deuxième certification à être apparue (1998), LEED est délivrée par l'USGBC (United States Green Building Council). Bien que née de l'autre côté de l'Atlantique, elle s'est implantée en Europe. Moins répandue que la certification BREEAM, elle compte tout de même environ 30.000 bâtiments labellisés dans le monde. Ses exigences, également regroupées en catégories, sont au nombre de sept : aménagement écologique des sites, gestion de l'eau, énergie et atmosphère, matériaux et ressources, qualité environnementale intérieure, innovation en design et situation géographique. La validation d'un certain nombre de prérequis est obligatoire, tandis que des pondérations spécifiques sont allouées et des points optionnels portent la note maximale à 110. La condition minimale d'obtention est de 40 points, tandis que les notes supérieures sont réparties en trois niveaux : "Argent" (50 points et plus), "Or" (60 points et plus) et "Platine" (80 points et plus). Quant au processus, il est divisé en trois étapes, qui débutent également par un enregistrement du projet en ligne sur une plateforme Internet dédiée. Des pièces justificatives doivent être traduites et transmises à l'USGBC, qui les évalue ensuite avant d'attribuer un certificat final. Le coût estimatif est de l'ordre de 15 k€. A noter que LEED impose le commissionning, c'est-à-dire l'intervention d'une tierce partie qui réalise des tests de performance à la fin de la construction du bâtiment. Un plus en termes de crédibilité.

actioncl