CONNECTIVITE. Le rôle et la place des géants du numérique, communément appelés Gafam - Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft -, ne cessent de croître dans nos vie quotidiennes. L'édition 2019 des Assises du logement a été l'occasion de dresser l'état des lieux de leurs technologies et de s'interroger sur l'évolution de leurs pratiques.

Si dire qu'ils contrôlent chaque aspect de notre existence peut paraître exagéré, il faut du moins reconnaître qu'ils jouent un rôle et occupent une place de plus en plus incontournables. Les géants du numérique, des entreprises titanesques d'origine américaine regroupées sous le sigle Gafam (pour Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft), développent en effet des technologies qui parviennent à se rendre progressivement indispensables dans nos vies quotidiennes. La montée en puissance de ces sociétés s'accompagne certes d'un accroissement des opportunités relatives aux équipements connectés - comme les assistants personnels - mais également de questions plus perturbantes sur le stockage et l'utilisation de nos données personnelles. Lors de l'édition 2019 des Assises du logement organisées par Batiactu Groupe au Palais d'Iéna (Paris XVIe), une table ronde a été organisée sur le sujet en compagnie de François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique, et Charles Gonzal, responsable grands comptes chez Netatmo.

 

Plus la quantité de données collectées sera grande, plus larges seront les débouchés commerciaux

 

"Il faut déjà noter que les Gafam et leurs équivalents chinois, rassemblés sous l'acronyme BATX - Baidu, Alibaba, Taicent et Xiaomi -, ont su creuser leur sillon jusqu'à devenir des leaders dans le monde des objets connectés et ce, sur leurs marchés natifs - Etats-Unis d'Amérique et Chine", explique François-Xavier Jeuland. "Pour ces entreprises, le fait de se développer et de se positionner sur toujours plus d'aspects de notre vie est en réalité un enjeu économique : plus la quantité de données collectées sera grande, plus larges seront les débouchés commerciaux qui s'offriront à elles." Pour l'heure, la problématique du logement connecté et des nouveaux usages en général constituent déjà des segments d'activité porteurs pour ces géants du numérique. "En lien avec leurs technologies, des industriels comme Netatmo sont en mesure de proposer toute une gamme de produits connectés et intégrés à l'habitat : caméras, thermostats, stations météo et pluviomètres, capteurs de la qualité de l'air...", précise Charles Gonzal.

 

"Les attentes des particuliers, tantôt perçus comme des consommateurs, tantôt comme des usagers, évoluent avec les contraintes économiques et les préoccupations environnementales", poursuit le responsable grands comptes chez Netatmo. "Les professionnels se saisissent des retours terrain pour adapter l'expérience client à l'heure de l'instantanéité." Avec des sujets d'actualité comme les passoires thermiques ou le montant de la facture d'électricité, les particuliers accueillent l'arrivée des ces outils connectés au sein de leurs foyers comme autant de sources d'économies ; sur le long terme, notamment par rapport aux questions de transition et d'efficacité énergétiques, les consommateurs comme les professionnels (fabricants d'outils connectés et distributeurs d'énergie) peuvent ainsi y trouver leur compte.

 

Google investit un milliard d'euros pour résoudre la crise du logement à San Francisco, pendant qu'Amazon fait le pari de maisons préfabriquées intégralement connectées

 

Ceci dit, à force de couvrir de plus en plus d'étapes du processus, la prochaine étape que les Gafam chercheront à maîtriser ne sera-t-elle pas in fine la construction-même de l'habitat ? "C'est là tout l'enjeu pour le secteur français du bâtiment et des travaux publics", ajoute François-Xavier Jeuland. "Evidemment, les cultures et marchés étasunien, chinois et européen (particulièrement hexagonal) n'ont pas grand-chose en commun, mais il n'empêche que la percée des géants du numérique pourrait conduire jusqu'à cette éventualité, même sur le Vieux Continent." A l'heure actuelle, Google s'est déjà positionné sur le sujet, en annonçant un investissement d'un milliard d'euros pour tenter de résoudre la crise du logement que subit la ville de San Francisco, en Californie, pendant qu'Amazon fait le pari de maisons préfabriquées intégralement connectées. Les acteurs traditionnels du BTP tricolore n'ont donc pas intérêt à rater le coche : bien qu'ils aient anticipé cette perspective, l'ont-ils suffisamment fait pour s'adapter à ces nouvelles règles du jeu ? L'avenir nous le dira.

actionclactionfp