Europacity, ce projet de complexe de commerces et de loisir de 80 hectares à Gonesse (Val d'Oise) verra-t-il le jour ? C'est en tout cas la volonté du maire, Jean-Pierre Blazy qui vient d'annoncer qu'il ne renoncerait pas à ce projet d'aménagement.

Lors d'une conférence de presse ce mardi 18 septembre 2018, le maire PS de Gonesse (Val-d'Oise) Jean-Pierre Blazy a fait savoir qu'il ne "renoncera pas" au projet d'aménagement de 260 hectares de terres arables au nord de Paris, où doit s'implanter le complexe controversé Europacity. Selon lui ce projet d'aménagement du triangle de Gonesse "est une chance pour le territoire". Couvert de champs, le "triangle de Gonesse" est un secteur de l'est du Val-d'Oise inhabitable en raison des nuisances causées par les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget qui l'entourent.

 

L'urbanisation de 260 hectares y est programmée, dont 80 hectares pour Europacity. Ce complexe de commerces et de loisirs à plus de trois milliards d'euros est voulu par la filiale immobilière du groupe Auchan et le conglomérat chinois Wanda, qui ambitionnent de créer une destination touristique d'envergure internationale.

 

La biodiversité sera plus développée

 

Pourtant, en août 2017, un commissaire-enquêteur a rendu un avis défavorable à la révision du plan local d'urbanisme (PLU) qui permet d'engager cette urbanisation, l'estimant "peu compatible avec la notion de développement durable". Si l'avis n'est que consultatif, il a galvanisé les opposants. Casquettes et drapeaux verts, une poignée d'entre eux disaient "non à Europacity, grand projet inutile" mardi, au pied du bâtiment où la conférence de presse était donnée, rapporte l'AFP.

 

Estimant que l'avis du commissaire enquêteur était "personnel" et que le projet avait été caricaturé", Jean-Pierre Blazy a annoncé que le PLU serait soumis au vote du Conseil municipal le 25 septembre. Avec des modifications, comme l'augmentation de la surface allouée à la "lisière agricole", transition entre la partie urbanisée et 400 hectares restant agricoles au nord. "Je l'affirme", a dit le maire, "la biodiversité sera plus développée" dans le futur, avec la lisière agricole et les espaces verts prévus, "que sur l'actuelle parcelle de 260 ha de monoculture utilisatrice d'intrants". "Nous allons planter des arbres", a-t-il lancé.

 

Outre Europacity et un quartier d'affaires, le maire attend sur le triangle de Gonesse une gare du Grand Paris Express, le futur métro automatique autour de Paris, la seule du Val-d'Oise. L'élu socialiste a concédé ne pas savoir s'il pouvait compter sur le soutien du gouvernement d'Emmanuel Macron.

actionclactionfp