FOCUS. Bercy vient de lancer deux groupes de travail sur la production d'énergie atomique et celle d'origine renouvelable. En voulant mieux structurer ces filières industrielles, l'exécutif s'attelle en réalité à un chantier beaucoup plus vaste qui brasse de nombreux enjeux, des approvisionnements critiques aux compétences des salariés.


Décidément, l'énergie est sur tous les fronts en ce moment. Quelques jours après que son projet de loi d'accélération des énergies renouvelables (ENR) a été voté par l'Assemblée nationale, et alors qu'un autre texte consacré à la simplification de la construction des nouveaux réacteurs nucléaires prend le relais, l'exécutif continue à baliser le terrain avec une nouvelle étape, préalable aux lois de programmation énergie-climat et "Industrie verte" qui doivent aussi voir le jour prochainement.

 

 

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher vient en effet de lancer, avec son collègue de l'Industrie Roland Lescure, deux groupes de travail sur la production d'énergie atomique et celle d'origine renouvelable. Composés d'acteurs publics et privés, ces conciliabules plancheront sur leurs dossiers respectifs aux côtés des CSF (comités stratégiques de filières) pour le nucléaire et les "nouveaux systèmes énergétiques". En voulant mieux structurer ces filières industrielles, le Gouvernement s'attelle en réalité à un chantier beaucoup plus vaste qui brasse de nombreux enjeux.
Il vous reste 73% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp