En réalité, la rénovation de la toiture de la maison forte de Brotel n'est que le démarrage d'une grande campagne de restauration qui va s'étaler sur du long terme : "L'idée était de sauver en priorité le bâtiment principal et d'effectuer les premiers travaux de modernisation indispensables, comme l'installation d'un système de chauffage", reprend Pierrick de Vaujany. "Le propriétaire a plein de projets concernant les parties communes mais aussi la petite tourelle du château." Le changement de la couverture, qui s'est étalé sur trois ans au total, n'est donc que le début d'une longue histoire.

 

Mais au vu du résultat de cette opération, y aura-t-il des émules ? "C'est peut-être encore un peu tôt pour cela. Il faut d'abord pousser les élus locaux à se sensibiliser à ce patrimoine. Et il y a un facteur à prendre absolument en compte dans le cas de la lauze : la charpente. En effet, la lauze nécessite une charpente lourde, mais dans bien des cas de rénovation, la charpente a été allégée, et ne pourrait de fait plus supporter le poids de la pierre dans le cas d'un retour à la lauze. C'est donc déjà une bonne chose d'arriver à sauver les couvertures de lauzes en place !"

actioncl