CONJONCTURE. Les artisans ont confirmé la bonne tenue de leur activité au 3e trimestre 2021, d'après le baromètre de l'Union des entreprises de proximité. Une situation favorable qui a été rendue possible grâce à la très bonne santé des professionnels du bâtiment.

Les artisans continuent à surfer sur la vague qui leur a permis de profiter d'un très important rebond (+51,5%) de leur activité au 2e trimestre, qui s'expliquait à l'époque par un effet de rattrapage économique ainsi que par la fin progressive des différentes restrictions sanitaires. Au 3e trimestre 2021, les entreprises artisanales ont donc confirmé l'excellente tenue de leur activité avec une progression de 4% en comparaison au 3e trimestre 2020, selon le baromètre de l'Union des entreprises de proximité (U2P) réalisé par Xerfi Spécific auprès d'un panel de 6.200 chefs d'entreprises.

 

Freins économiques

 

En un an, l'activité de l'artisanat au sens large a donc engrangé 5%, ce qui reste inférieur à la vitalité du commerce alimentaire et de l'hôtellerie-restauration (+8,5%) mais dépasse tout de même l'activité des professions libérales (+2%). "Dans l'artisanat, la croissance bénéficie du dynamisme du bâtiment (+8%)", souligne l'enquête. "Seul l'artisanat, essentiellement grâce au secteur du bâtiment, a enfin retrouvé son niveau d'avant-crise", insistent ses auteurs un peu plus loin, alors que les deux autres secteurs (commerce alimentaire-hôtellerie-restauration et professions libérales) affichent toujours une activité inférieure à leur niveau de l'année 2019.

 

"Nous ne pouvons que nous satisfaire du dynamisme des entreprises de proximité, qui doit à tout prix être conforté et pérennisé", a réagi le président de l'U2P, Dominique Métayer, lui-même artisan maçon dans les Yvelines. "Or leur croissance est freinée par un environnement économique complexe, marquée par une hausse des coûts d'approvisionnement et des pénuries de matériaux, et par des difficultés de recrutement en raison du manque de compétences et de main-d'oeuvre disponibles", a-t-il ajouté.

 

Incertitudes

 

Cette situation favorable s'observe cependant dans toutes les régions métropolitaines, la croissance globale oscillant entre +2% en Centre-Val de Loire et +6,5% en Île-de-France - grâce à la période estivale, la Corse a même enregistré +10%. L'opinion des chefs d'entreprises sur la trésorerie de leurs sociétés a eu tendance à se stabiliser au 3e trimestre après avoir connu une nette augmentation au 2e trimestre. Toujours d'après l'étude de Xerfi, 14% des professionnels interrogés ont constaté une amélioration de la santé financière de leurs entreprises, soit 6 points de moins en 12 mois, contre 15% qui ont noté une détérioration de leurs comptes, soit 2 points de plus sur le même intervalle.

 

Et pourtant, les dirigeants anticipent malgré tout un meilleur niveau d'activité au cours des prochains mois : ils n'étaient plus que 15% à porter un regard négatif sur l'évolution prochaine de leur activité au 3e trimestre, contre 16% au 2e trimestre et 26% au 1er trimestre. Le sondage souligne néanmoins que "les prévisions optimistes s'émoussent elles aussi et retrouvent leur niveau du 1er trimestre", atteignant 17% sur la période juillet-septembre, après avoir grimpé à 23% entre avril et juin.

actionclactionfp