REPRISE. A l'image des autres acteurs du secteur, l'Union nationale des syndicats d'architectes accueille favorablement le plan de relance post-confinement, notamment son volet sur la rénovation thermique. L'organisation demande cependant d'autres mesures pour dématérialiser et accélérer les procédures.

C'est un autre satisfecit : à l'image des autres acteurs du secteur, les architectes saluent "globalement" le plan de relance de l'exécutif pour assurer la reprise économique après le choc du confinement. Néanmoins, par la voix de l'Union nationale des syndicats français d'architectes (Unsfa), la profession juge "indispensable que le Gouvernement exige une vision globale des opérations de rénovation énergétique pour un bon usage des deniers publics et que ces travaux puissent être accompagnés par une maîtrise d'oeuvre qualifiée", assurant au passage que le réseau des Architectes de la rénovation (ADLR) se tient prêt à intervenir.

 

Sur le point plus précis de l'extension du dispositif d'aide Ma prime rénov', l'organisation estime par ailleurs "particulièrement opportun que les architectes soient identifiés pour leur expertise dans la conduite des opérations de rénovation énergétique des logements". Le lancement des chantiers de rénovation pour les bâtiments publics et la lutte contre l'artificialisation des sols et le développement des friches sont également accueillis favorablement par l'Unsfa, qui précise que les collectivités territoriales devront impérativement être mises dans la boucle pour un maximum d'efficacité sur ces sujets. En outre, la profession certifie être mobilisée sur le développement des matériaux bio-sourcés et l'économie circulaire, avec en ligne de mire les innovations en matière de gestion des déchets et le réemploi des matériaux.

 

Vigilance sur les contre-parties des futurs "prêts participatifs"

 

Sur un plan plus administratif, les architectes se félicitent aussi des taux d'intérêt et des délais de remboursement des PGE (Prêts garantis par l'Etat) mais se disent vigilants sur les contre-parties des futurs "prêts participatifs", en soulignant que "ces mesures doivent être proportionnées et ne pas avoir d'effet contraire à celui escompté". La prudence est encore de mise au sujet de la baisse des impôts de production, chiffrée à 20 milliards d'euros pour les deux prochaines années, mais qui ne devra pas concerner que le secteur industriel, note l'Unsfa. Enfin, les aides mises en place par le Gouvernement pour encourager l'embauche des jeunes intéressent également les entreprises d'architecture, qui reconnaissent toutefois devoir encore développer "les possibilités de formation en alternance" dans leur branche professionnelle.

 

Mais pour accélérer davantage la reprise d'activité, les architectes demandent à l'exécutif de prendre d'autres mesures, à savoir le développement du permis de construire numérique et l'accélération des procédures d'instruction des demandes d'autorisations de construction. "Cela permettra des mises en chantiers plus rapides et donc une relance de toute la filière du bâtiment, tant pour le neuf que pour la rénovation", souligne le communiqué de l'Unsfa.

 

Report du congrès de l'Unsfa en octobre 2021

 

L'autre actualité de l'organisation concerne la 51e édition de son congrès, dont le bureau national a acté le report au vu du contexte sanitaire actuel. Initialement prévu à Rennes les 29 et 30 octobre prochain, le rendez-vous des architectes est finalement repoussé au mois d'octobre 2021, toujours dans la préfecture d'Ille-et-Vilaine. L'assemblée générale de l'union est cependant maintenue en un format dématérialisé et un autre évènement vient prendre le relais du congrès : les "Rendez-vous 2020 de l'Unsfa" se composeront ainsi de conférences et d'ateliers en visio-conférence. Les architectes pourront se connecter en ligne les 28, 29 et 30 octobre prochain pour suivre les échanges.

actionclactionfp