RENOVATION ENERGETIQUE. L'Agence nationale pour l'habitat (Anah), qui tenait ses ateliers 2019 ce 15 novembre, a d'ores et déjà aidé cette année 84.000 logements, dans le cadre de rénovations énergétiques. Un nombre supérieur à l'objectif de 75.000 qui lui avait été fixé par le ministre du Logement Julien Denormandie, du jamais vu depuis cinq ans environ.

L'année 2019 n'a pas été simple pour l'Agence nationale de l'habitat (Anah) mais le jeu en valait la chandelle. Préparation de la réforme du crédit d'impôt transition énergétique (CITE) en prime, poursuite de la mise en œuvre des programmes Action Cœur de Ville, Initiative Copropriétés, Logement d'abord, réorganisation du fonctionnement de l'agence… "2019 a été une année inédite de transformation, de transition, difficile pour l'agence dans un environnement mouvant", a confessé sa directrice générale, Valérie Mancret-Taylor, ce vendredi 15 novembre, lors des ateliers 2019 de l'Anah.

 

Mais, au bout du compte, 2019 est également l'année qui verra l'agence dépasser son objectif de rénovations énergétiques de logements pour la première fois depuis environ cinq ans. Depuis le début de l'année, l'Anah a aidé 84.000 logements dans le cadre de son programme Habiter Mieux, a annoncé Valérie Mancret-Taylor. Un nombre très supérieur à l'objectif de 75.000 logements que Julien Denormnadie, le ministre du Logement, avait fixé à l'Anah. En 2018, l'agence avait échoué à atteindre ce même objectif, avec seulement 62.000 logements aidés.

 

L'Anah devra gérer 500.000 dossiers de rénovation énergétique en 2021

 

"Nous avons eu une année très dense. Les résultats sont là, soyez en remerciés", a salué Julien Denormandie, présent aux ateliers de l'Anah. Le ministre n'a pas caché que l'année 2020 ne s'annonçait guère plus calme, "l'acte deux du quinquennat devant être marqué par un changement d'échelle de la rénovation énergétique des bâtiments", afin de permettre au gouvernement d'atteindre ses objectifs en matière de transition écologique. Pour passer à la vitesse supérieure en 2020, l'Anah, "bras armé" de l'Etat en matière de rénovation énergétique selon les mots de Julien Denormadie, devra notamment mettre en musique la première étape de la transformation du CITE en prime, cette dernière étant baptisée Maprimrenov. L'agence aura ainsi pas moins de 200.000 dossiers de rénovation énergétique à gérer l'an prochain, contre 100.000 en 2019, et ce nombre passera à 500.000 en 2021, a indiqué le ministre du Logement. "Soyez assurés que j'ai conscience de cette charge", a-t-il lancé aux équipes de l'Anah.

 

Pour ce faire, "la stabilité et la visibilité budgétaires sont essentielles", a reconnu le ministre, rappelant s'être "battu" depuis sa nomination il y a deux ans et demi pour "stabiliser et consolider le budget de l'Anah", qui était de 874,1 millions d'euros en 2019, en hausse de 9,3% par rapport à 2018. "Ma mobilisation demeure bien entendu sans faille dans ce domaine", a assuré Julien Denormandie. Nul doute que l'Anah prendra le ministre au mot.

actionclactionfp