PLÉBISCITE. Lors d'une conférence organisée le vendredi 28 septembre 2018, à Paris, l'Ademe, Enedis et des fournisseurs d'électricité ont mis en avant les bénéfices du déploiement massif du compteur intelligent, Linky.

Journée instructive pour Linky. Ce vendredi 28 septembre 2018, Enedis, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et des fournisseurs d'électricité (EDF, Direct Energie, OHM Energie, Enercoop et Joul&Cie eKwatteur) ont mis en avant les "bénéfices et opportunités" apportés par le déploiement du nouveau compteur connecté. De plus, le même jour, l'Ademe a publié un troisième avis concernant Linky. "Ce troisième avis depuis le début du projet en 2010-2011 répond aux idées reçues et à de nouvelles questions que la phase de déploiement a pu engendrer", explique David Marchal, directeur adjoint Productions et énergies durables de l'Ademe.

 

"Est-ce que Linky vaut le coup ?", est la question à laquelle l'Ademe a essayé de répondre dans cet avis, nous a indiqué David Marchal, en marge de la conférence de presse. Dans le dossier, il est expliqué que le nouveau compteur Linky permet plus de transparence des données, qui permettront aux utilisateurs de réduire leur consommation. Avec ce nouveau compteur, les ménages pourront accéder "à des données plus précises sur la consommation globale de leur logement (par mois, par semaine, par jour, par heure)", selon l'Ademe, et même "en temps réel avec notre système Atome", précise Fabien Chone, de Direct Energie. Selon l'Ademe, les économies pour les gros consommateurs vont jusqu'à 10 %. Autre atout, les fournisseurs se réjouissent de la précision des données apportées par Linky. "Cela va permettre de faciliter la relation avec les clients, qui deviendront acteurs de leur consommation", détaille Fabrice Gourdellier d'EDF.

 

Les raisons de la colère

 

D'un point de vue écologique, les acteurs présents sont d'accord concernant l'impact positif de Linky. "Ces nouveaux compteurs sont une brique nécessaire pour les gestionnaires du réseau de distribution pour mieux connaître l'état du réseau et accompagner la progression des énergies renouvelables", indique l'avis de l'Ademe. Julien Tchernia, de Joul&Cie eKwatteur, précise qu'un seul appareil Linky peut comptabiliser la consommation et la production d'un même site, là où il fallait s'équiper d'un deuxième compteur pour connaître l'énergie produite. De plus, avec l'expansion des voitures électriques, Enedis souhaite accompagner les usagers. En effet, les données fournies aux ménages leur permettront de charger leurs véhicules au meilleur moment. Les différents fournisseurs ont cependant précisé que le seul déploiement du compteur Linky ne suffirait pas à améliorer la consommation. Ces derniers proposent dès à présent des offres et des services pour accompagner les Français vers de meilleurs pratiques.

 

Philippe Monloubou, président du directoire d'Enedis, et Arnaud Leroy, président de l'Ademe, ont reconnu que le déploiement de Linky n'était "pas facile". "Les Français sont prudents avec leurs données, ils veulent savoir où elles vont", ont expliqué les deux hommes. Des inquiétudes "légitimes", précise le président du directoire d'Enedis. A cela, il répond que les informations récoltées par le fournisseur appartiennent au consommateur. Le fournisseur n'ayant accès qu'aux données mensuelles pour établir une facture, explique l'Ademe. "C'est une gymnastique nouvelle qui fait partie d'une vraie démarche citoyenne", selon Philippe Monloubou. Il ajoute d'ailleurs qu'il n'y a "jamais eu autant de solutions", face aux problèmes d'énergies. Concernant les ondes, jugées plus fortes que celles de l'ancien compteur, le président du directoire d'Enedis renvoie vers les différentes études de l'Anses et de l'ANFR, qui conclue à un champ électromagnétique "presque du même ordre que celui des anciens compteurs".

 

Où en est le déploiement ?

 

Ce jeudi 27 septembre 2018, l'UFC-Que choisir, alertait le gouvernement sur le risque d'une augmentation de coupures de courant pour impayés. En effet, Enedis peut désormais, grâce à Linky, limiter ou couper l'électricité d'un ménage sans se rendre sur place. De plus, l'association de consommateurs précise que les agents d'Enedis n'ont pas l'obligation de déposer un avis de passage pour prévenir d'éventuels impayés. "Le processus ne changera pas avec Linky, la trêve hivernale sera toujours respectée et les utilisateurs systématiquement prévenus", explique Philippe Monloubou. Concernant une éventuelle répercussion du prix de déploiement, d'un montant de 5,6 Mds, sur les utilisateurs, Enedis a affirmé qu'il n'y aura "pas de surcoût". Ensuite, face aux différentes décisions de communes de refuser l'installation des nouveaux compteurs intelligents, comme à Blagnac (Haute-Garonne), le président du directoire s'est montré serein : "La justice n'a pas donné le droit au refus aux habitants, elle a confirmé le droit de propriété privée et demandé la protection des données des utilisateurs. Ce qui a toujours été respecté par Enedis."

 

"Plusieurs villes sont déjà full-Linky"

 

Hervé Champenois, directeur du Programme Linky, a enfin précisé auprès de Batiactu l'état du déploiement : "Sur les 35 millions de compteurs à installer d'ici fin 2021, nous en avons installé 13,7 millions. Nous sommes actuellement sur une base de 30.000 compteurs installés par mois. Plusieurs villes sont déjà full-Linky, notamment Nice, Brest, Reims, Lyon ou Dijon. Nous sommes en phase avec le calendrier, l'objectif reste d'équiper 90 % des sites d'ici fin 2021".

actionclactionfp