ETUDE. Malgré le renchérissement des prix de l'immobilier, 87% des Français considèrent l'acquisition tout à la fois comme un "moment enthousiasmant, un bon investissement et un facteur de réassurance", d'après un sondage publié ce lundi 30 septembre par les Notaires de France et Harris Interactive.

A défaut de pouvoir acheter un logement, les Français continuent d'en rêver. D'après une enquête publiée ce lundi 30 septembre par les Notaires de France et l'institut de sondages Harris Interactive, 87% des personnes interrogées considèrent l'acquisition immobilière tout à la fois comme un "moment enthousiasmant, un bon investissement et un facteur de réassurance." Dans un environnement économique et de l'emploi anxiogènes, "c'est avant pour des raisons financières, c'est-à-dire pour ne plus payer de loyer et pour faire un investissement, qu'on veut devenir propriétaire", explicite Delphine Martelli-Banegas, directrice du département corporate chez Harris Interactive. Au sein d'un pays qui compte un peu plus de 60% de propriétaires, les trois quarts des personnes interrogées estiment ainsi qu'être locataire revient à "jeter l'argent par les fenêtres." De la même façon, 72% des sondés estiment qu'il faut absolument être propriétaire avant la retraite, afin d'assurer leurs vieux jours.

 

Un rêve qui se heurte à la réalité de la hausse des prix

 

Mais ce rêve de propriété se heurte à la réalité d'un marché de l'immobilier qui continue de voir les prix augmenter. Pas moins de 59% des locataires sondés déclarent ainsi que c'est principalement le manque de moyens financiers qui les empêche de devenir propriétaires. Pour certains, les conditions de crédit actuellement favorables pourraient être l'occasion de passer à l'acte. "77% des locataires pensent qu'il faut un apport pour acheter, ce qui est moins vrai aujourd'hui, certaines banques finançant 100% du prix d'acquisition, frais d'achat compris", assure Rozenn Le Beller, secrétaire du bureau du conseil supérieur du notariat.

 

"Quelle que soit leur situation, les Français essaient de trouver le moyen d'accéder à la propriété", insiste Delphine Martelli-Banegas, avec tout de même une réserve pour le premier des cinq profils-types d'acquéreurs élaborés par Harris Interactive, à savoir ceux pour lesquels l'achat est au mieux "difficile", sinon inabordable. Et encore, pour certains d'entre eux, les contrats de location-accession existent, fait valoir Rozenn Le Beller. D'une durée de 12 à 24 mois et sous condition de ressources, ces contrats hybrides entre logement social et logement privé permettent au locataire d'un bien de lever une option lui permettant de l'acheter au terme de la période de jouissance. "Il existe plus de candidatures que de biens disponibles pour ces contrats", souligne Rozenn de Beller. Une preuve supplémentaire du souhait des Français d'accéder à la propriété.

actionclactionfp