ORGANISME. Les géomètres-experts de l'UNGE sont satisfaits de la promulgation de la loi Elan qui constitue un premier pas vers le retour à l'interprofessionnalité au cœur du permis d'aménager les lotissements. L'occasion de se rapprocher d'autres branches selon Régis Lambert, le président de l'Union.

Régis Lambert, président de l'Union nationale des géomètres-experts (UNGE), a fait le bilan de 2018 et esquissé les priorités de 2019, ce vendredi 25 janvier. Premier motif de satisfaction : la promulgation de la loi Elan (Evolution du logement, de l'aménagement et du numérique) qui constitue "un premier pas vers un retour à l'interprofessionnalité au cœur du permis d'aménager les lotissements, avec l'association des paysagistes-concepteurs au projet architectural paysager et environnemental". Une évolution que l'UNGE entend accentuer : "Notre ambition est de revenir à l'esprit originel de la loi CAP, qui promouvait une liberté réelle de choix pour le porteur du projet, tout en portant une exigence de qualité et de beauté fondamentale pour les territoires", précise son président. Il y voit l'occasion de poursuivre le rapprochement avec d'autres branches professionnelles : "C'est un bon prétexte (…) et cela impose un certain timing".

 

L'UNGE explique travailler à l'élaboration d'un diagnostic technique global pour les copropriétés avec Cinov (fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil et de l'ingénierie) et prévoit de développer des relations avec d'autres professions. "Nous souhaitons aussi retisser du lien avec les architectes et des projets communs existent déjà en local", note Régis Lambert. Côté numérique, l'Union s'est d'ores et déjà associée au plan BIM 2022, annoncé lors des Assises du Logement le 15 novembre 2018. L'objectif sera de développer l'usage de la maquette numérique, outil qui favorise encore une fois la collaboration dans la construction. La charte qui comporte sept actions à mener dans les 3 ans, sera pilotée par ADN Construction dont l'UNGE préside la commission Communication. Les géomètres-experts seront également représentés dans toutes les autres commissions du plan de façon à apporter leur point de vue.

 

Les géomètres-experts publient un aide-mémoire pour Emmanuel Macron au sujet du bornage :
Dans le cadre du grand débat public, le président de la République avait été interrogé à Bourgtheroulde (Eure) par un maire, au sujet du bornage, mais le chef de l'Etat avait séché en reconnaissant des lacunes en la matière. L'occasion pour l'UNGE de rappeler le rôle des 1.850 géomètres-experts dans la définition de la propriété privée. L'Union explique que le bornage est une opération de matérialisation sur le terrain des limites des propriétés. Les professionnels dressent les plans et les documents topographiques qui constituent une preuve juridique. Ils sont les seuls habilités à "dire la propriété" et exercent une mission d'intérêt général. La profession libérale est donc réglementée et encadrée par la loi, avec une inscription obligatoire à l'Ordre et de nombreuses obligations déontologiques, assurancielles ou de formation continue. Jean-François Dablin, le président du Conseil supérieur de l'ordre, et Régis Lambert, le président de l'UNGE, déclarent : "Etre géomètre-expert, c'est exercer une profession plurielle. Garant d'un cadre de vie durable, [il] joue un rôle incontournable dans l'aménagement et la gestion des territoires".

actionclactionfp