Les enrobés qui arrivent sur la plateforme viennent à la fois de la déconstruction des couches de noir, mais aussi des sous-couches. Le contrôle de ces déchets à l'entrée fait l'objet d'une attention particulière.

 

En effet, comme l'explique Christophe Jozon, directeur matériaux France d'Eurovia, "nous devons nous méfier de deux sujets. Tour d'abord, nous ne devons pas recevoir d'enrobés amiantés, alors que l'on ajoutait parfois des fibres d'amiante dans les enrobés anciens. Nous nous assurons aussi que les déchets n'aient pas d'hydrocarbures aromatiques polycycliques, les HAP, présents dans certains goudrons". La traçabilité doit donc être précise, pour savoir d'où viennent les déchets, disposer des informations nécessaires ou faire l'objet d'un repérage en amont.

actioncl