CARNET. Le syndicat Routes de France a élu ce 9 janvier 2020 son nouveau président en la personne de Bernard Sala. Un dirigeant qui a gravi tous les échelons de la profession et a réalisé une bonne partie de sa carrière chez Colas.

Le syndicat Routes de France, qui regroupe les entreprises de construction, d'aménagement et de maintenance des infrastructures routières, a élu ce 9 janvier 2020 son nouveau président. Bernard Sala prend ainsi la succession de Pierre Calvin à la tête de cette organisation dont les adhérents emploient 160.000 personnes et qui ont réalisé un chiffre d'affaires de 13,7 milliards d'euros en 2018. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur à l'Ecole centrale de Lyon en 1988, Bernard Sala a rejoint la société Screg (groupe Bouygues). Il a alors commencé à gravir les échelons de la profession, commençant comme conducteur de travaux avant de devenir chef des agences situées en région francilienne. En 2003, il a rejoint la filiale Screg Est en qualité de directeur d'exploitation, puis a été nommé président-directeur général de Colas Est en 2006, et ensuite PDG de Colas Île-de-France-Normandie en 2011.

 

C'est en 2015 qu'il a été promu directeur général adjoint France du groupe Colas, et il occupe depuis 2017 le poste de directeur général adjoint prospective, développement et recherche du groupe de BTP ; un périmètre qui a été étendu le 1er janvier 2020 aux domaines de la sûreté, de la sécurité et de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). En parallèle, Bernard Sala a eu l'occasion de s'investir au service des travaux publics en rejoignant d'abord le SPRIR (Syndicat professionnel régional de l'industrie routière) Alsace, puis la Chambre syndicale des TP parisiens, et ensuite le conseil d'administration de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) Île-de-France. A l'heure actuelle, il est membre du bureau de la FNTP et président de la commission santé et sécurité de cette dernière.

 

"La mobilité telle qu'elle s'entend aujourd'hui est devenue un élément constitutif du développement des villes et de l'attractivité des territoires. Ainsi, les infrastructures de mobilité sont essentielles pour organiser les modes de transports et créer les relations entre les zones d'influence ; elles sont indispensables pour accroître la performance des déplacements ; elles sont nécessaires à la vie économique et sociale de notre pays", a déclaré Bernard Sala à l'occasion de son élection. "C'est pourquoi, elles doivent être entretenues, adaptées et optimisées pour répondre aux enjeux de mobilité responsable pour les biens et les personnes. Les grands enjeux environnementaux (transition énergétique et économie circulaire) et les possibilités d'évolution offertes par l'innovation (développement du monde digital, des nouvelles technologies et des data) sont, par exemple, parmi les défis que la profession rassemblée au sein de Routes de France aura à cœur de relever au cours de cette nouvelle année", a conclu le nouveau président du syndicat.

actionclactionfp