INFRASTRUCTURES. Le rapport 2019 sur la compétitivité des pays, publié par le Forum économique mondial, indique que la France a encore perdu des places dans le classement des nations les mieux pourvues en infrastructures routières : l'Hexagone est maintenant à la 18e position, alors qu'il trônait en tête du podium en 2012. Tour d'horizon des principaux indicateurs.

C'est un sujet sur lequel les professionnels des travaux publics reviennent régulièrement, arguant qu'il faut moderniser et développer les réseaux et infrastructures pour assurer la compétitivité du pays, la cohésion entre les territoires et la transition écologique. Le Forum économique mondial a publié son rapport annuel sur la compétitivité des pays, et son édition 2019 montre que la France a continué cette année encore sa chute dans le classement des nations les mieux pourvues en infrastructures routières. En 2012, la même étude plaçait l'Hexagone en tête du podium. Depuis, il n'a cessé de dégringoler : en 2015, la 7e place lui est revenue, et il a été rétrogradé au 18e rang en 2018. Soit une perte de 17 places en seulement 7 ans, ce qui ferait de la France le pays européen accusant le plus mauvais résultat sur cette période, après la Belgique qui, elle, a perdu 39 places.

 

Justement, qu'en est-il de nos voisins ? Il semblerait que la dégradation des réseaux et infrastructures soit un dénominateur commun à nombre de pays du Vieux Continent : l'Allemagne et le Royaume-Uni, eux aussi, ont vu leurs routes se détériorer, mais de manière moins conséquente que la France. L'Italie, à l'inverse, réalise une superbe remontée de 29 places dans le classement, mais ne s'établit tout de même qu'au 53e rang mondial. On notera en outre que le Portugal, classé 8e, perd 4 places, tandis que nombre d'autres pays ont amélioré leur classement entre 2012 et 2018 : le Danemark arrive à la 14e place, l'Espagne à la 11e, l'Autriche à la 6e. Le trio de tête se compose de la Suisse en 3e position et des Pays-Bas au 2e rang ; le sommet du podium est occupé par Singapour.

 

La France est classée 15e sur un total de 141 pays pour la compétitivité de son économie

 

En reprenant le rapport 2019 du Forum économique mondial, on constate que la France est classée 15e sur un total de 141 pays pour la compétitivité de son économie. En 2018, elle occupait la 17e position, soit un gain de deux places. Ses indicateurs économiques les plus performants sont la stabilité de ses marchés macro-économiques, son offre de santé et de soins, ses réseaux et infrastructures ainsi que son système financier. Avec une population de 64,7 millions d'habitants, l'Hexagone affiche par ailleurs une consommation d'énergie renouvelable de l'ordre de 13,5%.

 

Pour en revenir aux réseaux et infrastructures, tous secteurs confondus, le rapport sur la compétitivité indique que la France occupe la 9e place, la 1e étant détenue par Singapour. Pour les infrastructures de transports, l'Hexagone est classée 10e, la palme revenant là encore à la cité-Etat asiatique. En revanche, s'il semble que c'est bien la qualité de ses routes qui plombe le classement de la France, il s'avère que l'interconnexion de ses routes est plus que satisfaisante, lui permettant de décrocher la 6e place.

 

Des progrès à faire pour la fourniture en eau et en électricité

 

En termes de densité du réseau ferré, l'Hexagone affiche un bon score et s'octroie la 17e place ; a contrario, la qualité du service ferroviaire régresse et la fait tomber au 15e rang, dans un classement dominé par le Japon. Enfin, on retiendra que la France occupe la 13e place pour l'interconnexion des infrastructures aéroportuaires, la 24e pour la qualité du service aérien (Singapour étant encore en tête) ; la 12e pour l'interconnexion des lignes maritimes et la 20e pour la qualité du service maritime (Singapour trônant toujours à la 1e place). Enfin, le Forum économique mondial place l'Hexagone au 43e rang pour la qualité de l'approvisionnement électrique - alors que 100% de sa population a accès à l'électricité, plaçant le pays à la 2e position mondiale -, et au 20e rang pour la fiabilité de l'approvisionnement en eau. A noter : c'est l'Islande qui occupe la 1e place des pays les mieux équipés et les plus performants en termes de réseaux d'eau et d'électricité.

actionclactionfp