Mesure des polluants, technologie d'amélioration de la qualité de l'air, démarche de santé inventive ou produit de construction novateur, rien n'a été oublié pour l'édition 2017 des Trophées Bâtiment Santé Innovations organisés par l'association Bâtiment Santé Plus du docteur Suzanne Déoux. Le jury a dévoilé, ce vendredi 12 mai, l'ensemble des lauréats et de leurs coups de cœur.

La prise en compte de la santé dans le bâtiment est souvent vécue comme une contrainte : "C'est cher, c'est une norme de plus à respecter, cela va gêner notre processus industriel…", résume le docteur Suzanne Déoux, spécialiste de la qualité de l'air intérieur et présidente de l'association Bâtiment Santé Plus. "Mais il faut changer d'optique et prendre la santé comme un moteur d'innovation", poursuit-elle. Le sujet n'est pas nouveau, puisqu'on peut remonter à la tendance hygiéniste du 19e siècle, mais ce dernier ne prenait en compte que les "microbes" alors que d'autres dangers guettent les occupants de constructions, comme les rayonnements ou les polluants chimiques. "A l'origine, les Trophées Santé Bâtiment ne concernaient que les bâtiments accueillant des enfants, mais aujourd'hui, nous intégrons toutes les innovations proposées", relate la médecin.

 

Pas moins de 45 dossiers de candidature ont été adressés à l'association qui organise les Trophées. Le jury, composé d'architectes, médecins, universitaires, ingénieurs et représentants de diverses structures (*) ont distingué quatre familles de solutions : les technologies d'amélioration de la qualité de l'air intérieur (29 % des dossiers), les démarches de santé innovantes (24 %), les systèmes de mesure de la qualité de l'air (20 %) et les produits innovants (18 %). "Pour juger des dossiers très différents, les critères majeurs étaient les bénéfices attendus pour la santé des occupants mais également des compagnons lors de la mise en œuvre des produits, la fiabilité démontrée des solutions, leur reproductibilité ou faisabilité industrielle et leur exemplarité", énumère le docteur Déoux.

 

Quatre prix plus trois coups de cœur !

 

Ainsi, dans la catégorie "Démarches Santé Innovantes", c'est l'Action Unis-Vers Qualité de l'air intérieur, mise en place par Sarthe Habitat, qui a été récompensée. Ce projet vise à concevoir et réaliser des habitats sociaux respectueux de l'environnement, en s'appuyant sur des choix techniques (matériaux et systèmes employés) et des actions de sensibilisation auprès des occupants, par le biais d'opérations de communication et de plaquettes. Le jury a apprécié l'engagement du bailleur et la démarche globale sur l'ensemble du parc, avec un caractère exemplaire qui pourrait être valorisé dans le réseau de l'Union sociale pour l'habitat. Un coup de cœur a été attribué au jeu de plateau Dépollul'Air de l'association Oïkos. Un outil pédagogique destiné à sensibiliser les enfants (et les grands) à la question de la pollution atmosphérique, intérieure et extérieure. Edité à 100 exemplaires au début de l'année, la moitié a déjà été vendue à des éducateurs et enseignants. Une version numérique est en cours de développement.

 

 

Pour la catégorie "Mesures Qualité de l'Air Innovantes", c'est l'analyseur In'Air µFI qui a été désigné vainqueur, pour sa fiabilité et sa précision. L'appareil est capable d'identifier une source fixe ou ponctuelle de pollution au formaldéhyde ou au benzène, et présente un intérêt pour la validation ou la calibration d'autres capteurs. Un coup de cœur a été décerné à Octopus Lab pour son logiciel INCA-Indoor de modélisation de la qualité de l'air intérieur dans un bâtiment existant ou à construire. Développé par deux laboratoires de Strasbourg et La Rochelle, il permet d'anticiper par simulation un problème de pollution avant même qu'il n'apparaisse. Détail intéressant : il peut être intégré dans la démarche BIM.

 

Concernant les "Technologies innovantes d'amélioration de la QAI", le jury a choisi la solution Epure Dynamics de Ciat. Elle pilote les unités de confort sur des critères thermiques et de qualité de l'air, en prenant en compte les particules fines. Ces dernières sont plus complexes à traiter que les COV, mais causent pour 14 Mrds € par an d'impact sur la santé publique en France. Le troisième et dernier coup de cœur est allé à l'Atelier Climatique pour sa gamme de meubles dépolluants Ardediar. Design ou discrets, ils filtrent activement l'air pour le purifier grâce à des filtres. Un concept simple qui permet de créer une bulle d'air de confort aux occupants d'une chambre à coucher par exemple.

 

Enfin, dans la catégorie "Produits innovants", le seul trophée attribué ira à Bouyer Leroux pour sa colle Fix'Bric, prête à l'emploi. Elle apporte une plus grande simplicité sur les chantiers et permet d'améliorer la santé au travail des compagnons en diminuant les risques de contacts cutanés avec des substances irritantes ou allergisantes. Le produit ne contient de plus pas d'isocyanate et ne dégrade pas la qualité de l'air intérieur du bâtiment terminé. Quant à la mousse béton isolante Airium de Lafarge Holcim, elle a favorablement impressionné le jury, qui a déclaré que le cru 2017 était exceptionnel par la qualité des dossiers. La cérémonie officielle de remise des Trophées se déroulera le 15 juin à Paris, lors du colloque Défis Bâtiment Santé à la Cité des Sciences et de l'Industrie.

 


(*) Composition du jury : Dr Suzanne Déoux (fondatrice et directrice associée de Medieco), Dr Fabien Squinazi (médecin biologiste), Souad Bouallala (ingénieure Ademe), Patrice Blondeau (université de La Rochelle), Claire-Sophie Coeudevez (Medieco), Stéphane Colle (Cerema DT Ouest), Pierre Deroubaix (Ademe), Denis Dessus (architecte, vice-président du CNOA), Blaise Dupré (directeur général Codem Picardie), Philippe Estingoy (directeur général de l'AQC), Alain Ginestet (Cetiat), Nathalie Leclerc (Atmo France), Corinne Mandin (CSTB), Adeline Mélois (Cerema DT Centre-Est)

actionclactionfp