ÉCONOMIE CIRCULAIRE. Trois acteurs du monde de la construction et du recyclage s'allient en Bretagne pour créer une unité de tri des déchets de chantier. Elle devrait traiter 24.000 tonnes/an dont plus des trois-quarts seront valorisés dans des filières spécifiques. Une initiative vertueuse pour l'environnement mais également pour l'emploi.

Trois entreprises - Veolia, Envie et le groupe Legendre - mettent en commun leurs expertises pour développer une plateforme de tri dédiée aux déchets du BTP, en Ille-et-Vilaine. Son nom : Tri-VEL, afin de rappeler que les trois groupes sont associés pour le recyclage mais également pour l'insertion professionnelle. Car le développement de cette boucle d'économie circulaire locale, s'inscrit également dans une démarche sociale qui débouchera sur la création de six postes d'insertion pour des personnes éloignées de l'emploi.

 

L'unité de tri des déchets sera mise en service au mois de juillet 2018 et sera la première du genre en Bretagne. Implantée au sein du parc matériel du groupe de BTP Legendre à Bourgbarré (au sud-est de Rennes), elle sera exploitée par neuf personnes du réseau Envie, dont trois superviseurs. Les déchets liés aux activités de construction du groupe breton seront acheminés sur place pour y être triés. Veolia se chargera de la maintenance de la chaîne de tri installée sur place et proposera à ses propres clients, de collecter et valoriser des déchets de chantiers situés en Ille-et-Vilaine, mais également dans le Morbihan et les Côtes d'Armor. L'objectif est donc de mutualiser les apports afin de parvenir à traiter 24.000 tonnes par an sur le site. Cette masse, triée, sera ensuite réexpédiée pour valorisation : les gravats, par exemple, pourront servir de remblai à des chantiers de travaux publics du groupe Legendre. Les cartons, papiers, bois, métaux et divers plastiques seront pris en charge par Veolia.

 

Objectif : valoriser plus de 75 % des déchets du BTP

 

Les trois partenaires expliquent : "Cette nouvelle unité de tri des déchets de chantier alimente le cycle vertueux de l'économie circulaire et répond aux ambitions de la loi de Transition énergétique pour la croissance verte. Plus de 75 % des déchets de chantier (gravats, bois, plâtre, plastique, etc.) pourront être triés, puis valorisés dans les filières spécialisées". Les plâtres et isolants seront valorisés à compter de 2019.

 

L'initiative Tri-VEL est une preuve supplémentaire de l'implication des différents acteurs de la construction et de l'environnement pour répondre aux objectifs de réduction des consommations de matières premières et d'énergie non renouvelable, que la France souhaite atteindre. Un peu partout sur le territoire, d'autres programmes se montent comme chez Isover qui vient de mettre sur pied une solution de recyclage pour les laines de verre qui pourrait permettre de traiter 100 % des 75.000 tonnes de déchets de ce type produits chaque année, en les incorporant dans des isolants neufs. Parmi les filières qui fonctionnent déjà bien dans l'Hexagone, c'est le plâtre qui arrive en tête, devant le verre et le PVC des menuiseries et revêtements de sol. La question de l'établissement d'une filière REP ("Responsabilité Elargie du Producteur") pour l'ensemble des déchets de la construction ne fait pas l'unanimité chez les recycleurs et fabricants. Selon les spécialistes, elle ruinerait les efforts menés jusqu'ici par les industriels.

actionclactionfp