Le groupe d'équipements sanitaires suisse est en pleine santé : sur les neuf premiers mois de l'année 2016, son chiffre d'affaires et son bénéfice ont connu des progressions à deux chiffres. Tous les marchés contribuent à cette bonne performance, y compris la France. Explications.

Geberit, spécialiste helvétique des équipements sanitaires a dévoilé ses résultats pour les neuf premiers mois de l'année 2016. Et ils sont excellents : le chiffre d'affaires a grimpé de 10,1 % (en francs suisses) à 1,95 Mrd € tandis que le bénéfice s'est envolé, à 434,7 M€ (+38,6 %). Le groupe suisse a bénéficié d'une embellie dans le secteur européen de la construction : les ventes ont augmenté en Autriche (+12,9 %), en Europe centrale et orientale (+10,3 %), sur son marché domestique (+7,7 %), en France (+6,9 %) et en Allemagne (+5,1 %). Sur l'ensemble de l'exercice 2016, les résultats devraient logiquement connaître une bonne hausse, de l'ordre de +5 %.

 

Vers une cession d'Allia ?

 

Concernant l'intégration de Sanitec (fabricant finlandais de produits céramiques haut de gamme pour la salle de bains), elle se déroule comme prévu, selon Geberit. Les frais liés seront moins importants qu'en 2015, avec un impact sur le bénéfice net ramené à 20,4 M€. Depuis janvier 2016, les systèmes de commande et de facturation ont été intégrés sur tous les marchés. Depuis, Geberit a procédé à la cession d'une partie des activités de Sanitec, Koralle Group, qui produit des cabines de douche. Mais le groupe suisse n'a pas encore décidé de l'avenir de la marque Allia, également héritée du portefeuille Sanitec. L'entreprise possède deux sites en France, en Saône-et-Loire et dans l'Aube. Au mois de mai 2016, Geberit avait annoncé "étudier toutes les options stratégiques" en ouvrant une consultation avec les personnels concernés. Quatre cent d'entre eux ont d'ailleurs manifesté, à la fin du mois d'octobre, devant le siège social du groupe suisse, non loin de Zurich, afin de protester contre un projet de cession de ces activités.

actionclactionfp