PARLEMENT. Après l'effondrement du viaduc de Gênes et la publication des 23 ponts français considérés comme prioritaires à rénover, le Sénat a décidé d'octroyer à sa commission de l'Aménagement du territoire les prérogatives d'une commission d'enquête pour se pencher sur le dossier. Cette attribution est valable pour une durée de 6 mois.

Suite à l'effondrement du viaduc de Gênes (Italie) durant l'été, les autorités françaises ont commencé à s'intéresser de plus près à l'état général des infrastructures routières dans l'Hexagone. Ce qui a conduit le ministère des Transports à publier une liste de 23 ponts considérés comme prioritaires à rénover en raison de leur vétusté. Mais le sous-investissement chronique concernerait une quantité bien plus conséquente d'ouvrages d'art sur l'ensemble du territoire, comme le rappellent régulièrement les professionnels de la route. Dans ces conditions, le Sénat a décidé ce mercredi 3 octobre de conférer à sa commission de l'Aménagement du territoire les prérogatives d'une commission d'enquête sur le sujet et ce, pour une durée de 6 mois. "Je souhaite que nous puissions évaluer la qualité de la maintenance et de l'entretien des ouvrages d'art français, qu'ils soient gérés par l'Etat, les collectivités territoriales ou des sociétés privées", a affirmé le sénateur centriste de l'Eure Hervé Maurey, à la tête de cette commission, selon des propos rapportés par l'AFP.

 

Les collectivités locales assument la charge de 80% des ponts

 

La Haute chambre est effectivement partie du constat que les collectivités avaient en charge 80% des ponts - on en compte environ 200.000 dans tout le pays - et que le doute plane quant à leurs capacités techniques et budgétaires pour assurer leur entretien. La mission d'information sur la sécurité des ponts ainsi constituée aura comme rapporteurs les parlementaires Patrick Chaize (Ain, LR) et Michel Dagbert (Pas-de-Calais, PS). Les prérogatives dont elle jouira lui permettront de demander au gouvernement de lui communiquer "tout document susceptible de l'éclairer" et d'auditionner "toutes les personnes qu'elles jugera nécessaire". Une consultation des élus locaux sera lancée parallèlement dans le but de "recenser les difficultés opérationnelles qui se posent dans les territoires".

 

Pour rappel, la liste des principaux ponts du réseau routier national rendue publique par le ministère des Transports ne concerne dans un premier temps que 164 ouvrages importants, plus précisément 42 entretenus par l'Etat et 122 autres confiés aux sociétés concessionnaires d'autoroutes. Au total, le réseau national comptabilise 24.000 ponts, mais les collectivités ont à leur charge tous les autres ouvrages présents sur leurs réseaux respectifs - routes départementales, communales... Elisabeth Borne, la ministre des Transports, a indiqué être en contact avec les collectivités "pour voir si elles ont bien toutes les ressources pour faire les diagnostics sur ces ouvrages".

actionclactionfp