ENERGIES RENOUVELABLES. Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé ce 26 juin 2019 les 13 lauréats de la deuxième période de l'appel d'offres sur la petite hydroélectricité. Les nouvelles centrales hydroélectriques en question devraient développer une puissance cumulée de 36,7 MW.

Ce 26 juin 2019, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a présenté les lauréats de la deuxième période de l'appel d'offres sur la petite hydroélectricité. Les 13 projets de centrales hydroélectriques retenus permettront de développer une puissance cumulée de 36,7 MW. Pour rappel, la production hydraulique renouvelable s'est élevée en France à 63,1 TWh en 2018, ce qui représente 11,5% de la production électrique totale du pays. Quelques 2.300 centrales hydroélectriques sont en fonctionnement à l'échelle nationale, dont environ 2.000 "petites centrales" majoritairement localisées dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes (qui concentre plus de 45% du parc hydraulique tricolore) et Occitanie (plus de 21%). En y ajoutant le parc de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA), les trois collectivités produisent près de 80% de l'hydroélectricité du pays.

 

Dans l'optique de développer la filière, un appel d'offres avait donc été lancé en avril 2017 et prévoyait trois périodes annuelles pour consolider la production de la petite hydroélectricité. Le ministère vise l'attribution de 105 MW de puissance hydroélectrique d'ici 2020, et ouvre l'appel à projets aux nouvelles installations dont la puissance oscille entre 1 et 4,5 MW, implantées sur de nouveaux sites ou bien équipant des barrages existants. A l'issue de la première période qui a déjà vu 14 lauréats être désignés en août 2018, cette seconde période lancée par François de Rugy porte donc à 27 le nombre de projets retenus et à 73,6 MW la puissance cumulée. Les 13 nouvelles petites centrales devraient assurer une production annuelle de 140,1 GWh, soit la consommation électrique d'environ 30.000 foyers, situés dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes, PACA, Bourgogne-Franche-Comté et Ile-de-France.

 

La troisième période de candidatures sera lancée en décembre 2019

 

Dans un communiqué, le ministère du boulevard Saint-Germain précise que 5 lauréats se sont d'ores-et-déjà engagés à recourir à l'investissement ou au financement participatif pour leurs projets respectifs, ceci en intégrant des collectivités territoriales et des particuliers au financement ou à la gouvernance de leurs projets. En contrepartie de cette décision, la puissance publique majorera leur prime de 1 ou 3 € le MWh. A l'heure actuelle, la filière hydroélectrique française affiche un prix moyen de 87,1 €/MWh.

 

"Le développement de la filière hydroélectrique est indispensable à la réalisation de nos objectifs de décarbonation de notre production d'énergie et de transition énergétique", a déclaré à cette occasion François de Rugy. "La dynamique de cet appel d'offres se confirmera dans les prochaines années avec la mise en oeuvre des projets lauréats et la poursuite du développement d'une hydroélectricité compétitive et respectueuse de l'environnement." Les résultats de la seconde période de l'appel d'offres s'inscrivent dans les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui prévoit qu'un volume annuel de 35 MW soit pérennisé jusqu'en 2024. Le Gouvernement prévoit de lancer la troisième période de candidatures en décembre prochain.

actionclactionfp