TRANSITION ÉNERGÉTIQUE. En 2019, plus de 100.000 tonnes de déchets de plâtre ont été recyclées, ce qui représente une progression de 15% en comparaison à 2018. Un score que les industriels de la filière mettent au crédit d'investissements découlant de la Charte de gestion des déchets du plâtre, signée en 2008, ainsi qu'à celui du maillage territorial des collecteurs.

Les déchets du plâtre s'inscrivent de plus en plus dans une logique d'économie circulaire et de transition énergétique : d'après les industriels du secteur, leur recyclage aurait dépassé "la barre symbolique" des 100.000 tonnes en 2019, avec très précisément 107.000 tonnes de déchets valorisées, ce qui représente une progression de 15% en comparaison à 2018. Un score que les industriels de la filière mettent au crédit d'investissements découlant de la Charte de gestion des déchets du plâtre, signée en 2008, ainsi qu'à celui du maillage territorial des collecteurs. Les professionnels affirment par ailleurs que la campagne d'information menée auprès du secteur de la construction, et notamment auprès des segments de l'aménagement, du second-oeuvre et de la démolition, porte ses fruits.

 

"La forte augmentation des déchets de plâtre recyclés en 2019 est la preuve qu'une filière peut prendre en son sein des mesures fortes pour le recyclage et la préservation de la planète", estime le délégué général du Syndicat national des industries du plâtre, Jean-Michel Guihaumé. "L'ensemble des acteurs de la filière plâtre poursuit ses efforts afin d'améliorer le taux de déchets de plâtre recyclés." Néanmoins, les industriels craignent que la future filière de Responsabilité élargie des producteurs (REP) pour le secteur du bâtiment ne vienne déstabiliser les "fragiles équilibres, construits depuis plus de 10 ans". Pour autant, ils misent sur la formation professionnelle en matière de recyclage, qui a permis à l'entreprise Siniat de sensibiliser plus de 300 personnes à ces sujets en 2019. De son côté, Knauf a formé 400 personnes aux problématiques de la valorisation.

 

Communiquer et aller à la rencontre des territoires

 

Aujourd'hui, l'enjeu est aussi celui de la communication : d'après le Syndicat national des industries du plâtre, Placoplâtre a publié une vidéo de "bonnes pratiques" sur les réseaux sociaux, accompagnée d'une interview "d'un membre du club qui recycle ses déchets de plâtre", tandis que Siniat a mis en ligne un outil baptisé "Ecodiagnostic" à destination des entreprises plaquistes "souhaitant entrer dans des démarches d'économie circulaire". Le même Siniat qui a proposé l'année dernière une quinzaine de nouveaux points de collecte et de partenaires collecteurs, car le réseau territorial doit encore être développé selon les acteurs de la filière.

 

Ces derniers investissent donc dans les régions pour convaincre un maximum de professionnels : ainsi, Placoplâtre a participé à une table ronde consacrée aux déchets du BTP lors des Rencontres nationales de l'ingénierie territoriale sur l'économie circulaire à Dunkerque, mais a également rencontré des entreprises partenaires et des experts d'assurances à Tours et à Niort, sans oublier une participation à l'évènement organisé par la Capeb de Haute-Loire au Puy-en-Velay et consacré quant à lui à la reprise des déchets de plâtre auprès de ses artisans. Enfin, Siniat s'est aussi exprimé lors d'une table ronde du colloque Economie circulaire organisé par le Cinov Provence-Alpes-Côte-d'Azur-Corse en octobre 2019, à Marseille.

actionclactionfp