En détails, ces travaux qui s'éternisent maintenant depuis douze ans sur Saint-Martin-la-Porte se situent sur quatre parties : "L'aménagement du pied de Saint-Martin-la-Porte sur le tronçon 1, une nouvelle descenderie qui sert à reconnaître et éviter le front houiller sur le tronçon 3 ; l'aménagement du pied de la descenderie de La Praz sur la partie 4, et enfin la sortie du tunnelier sur la 2."

 

Les porteurs du projet, TELT et Spie batignolles, le mandataire du groupement - Spie Batignolles TPCI, Sotrabas, Eiffage TP, Ghella, CMC di Ravenna et Cogeis- ont rappelé, en présence de Gilbert Payet, préfet de Saône-et-Loire, l'importance du chantier de la galerie de Saint-Martin-la-Porte : "Elle est excavée dans une zone géologiquement complexe : une couche carbonifère sans cohésion qui provoque le resserrement de la galerie au fur et à mesure du creusement."

 

En raison de la géologie difficile du chantier sur le front pennique (Ndlr : Plis synschisteux) sur la partie 1 et un front houiller en partie 1 et 3, les travaux nécessitent la mise en œuvre d'un soutènement optimisé par blocs compressibles appelés cintres et déformables en fonction du mouvement du terrain. L'objectif est clair : soutenir la voûte lors des phases de tirs de mine prévus, notamment à hauteur du Hameau de La Porte où les habitations sont classées très sensibles.

actioncl