Lors de la soirée des voeux de l'Unsfa, son président, Régis Chaumont, a rappelé les enjeux et les priorités de la profession d'architecte pour 2017. Alors que la loi sur l'Architecture fête ses 40 ans, les défis à relever sont encore nombreux.

C'est au siège, boulevard Raspail à Paris, que Régis Chaumont, président de l'Unsfa a présenté, le 19 janvier 2017, ses vœux aux acteurs de l'architecture et de la construction en présence de Patrick Bloche, député et rapporteur de la loi LCAP et Catherine Jacquot présidente de l'Ordre des architectes. "Après la Loi sur l'Architecture dont on célèbre cette année les 40 ans, la loi LCAP du 7 juillet 2016 a donné de nouveaux signes encourageants pour notre profession, a-t-il expliqué dans son discours. Mais n'oublions pas la loi MOP et sa parfaite maturation."

 

L'ubérisation des services et les questions de la formation

 

Pourtant les architectes sont aujourd'hui inquiets, a-t-il insisté sur "la crise que nous subissons depuis près d'une décennie ; la concurrence ravageuse de l'ingénierie publique ; l'ubérisation des services ; les questions fondamentales d'une meilleure formation initiale et d'une formation continue qui garantissent l'excellence de nos pratiques." Sans oublier : "La faiblesse de la culture et de la sensibilité architecturale généralisée à tout notre pays."

 

Le président de l'Unsfa a également déploré "les difficultés que rencontrent les jeunes architectes pour rentrer dans le métier, et les scénarios catastrophiques de la construction privée sans architecte, grande et petite, professionnelle ou des particuliers, qui conduisent à des coûts de sinistres titanesques et qui sont loin d'être toujours garantis."

 

"Porter le BIM en avant et l'architecte comme BIM Manager."

 

En formulant ses vœux, Régis Chaumont a d'ores et déjà annoncé qu'en cette année électorale, il était indispensable de "gagner le challenge de la représentativité patronale et d'augmenter encore le nombre d'adhérents pour donner toute sa puissance à l'expression des architectes." Parmi les autres objectifs annoncés dans son discours, il a demandé de "mener à terme notre proposition d'enregistrement des demandes de permis de construire avec le soutien de l'Ordre et des ministères", de "conduire la réflexion sur les responsabilités exorbitantes imputées aux architectes et parallèlement de travailler sur l'alignement des principes d'assurance avec les autres pays européens." Et enfin, de structurer les réseaux de communication et les réseaux entre architectes.

 

Par ailleurs, l'Unsfa souhaite accompagner "la mise en œuvre de loi LCAP dans sa dernière ligne droite ; protéger de nouveau les marchés publics, défendons un niveau d'honoraires." Enfin, il entend porter le BIM en avant et l'architecte comme BIM Manager.

 

"Ne nous arc-boutons pas sur de vieux schémas"

 

"Ne nous arc-boutons pas sur de vieux schémas, a conclu Régis Chaumont. Nous puisons les fondements de notre action sur le terrain, en faisant remonter les difficultés rencontrées, en faisant émerger les réussites, en luttant contre ce qui pulvérise l'architecture. (…) Il faut en finir avec les réunionites, les stratégies de comptoirs de zinc… A quelques exceptions près, qui se souvient de tel ou tel ministre, deux ans après ? Mettons les mains dans le cambouis et bossons tous ensemble."

actionclactionfp