RENOUVELABLES. Lors d'un débat organisé à l'Assemblée nationale sur le développement des aérogénérateurs dans les territoires, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a indiqué vouloir demander aux préfets de région de réaliser une cartographie "des zones propices au développement de l'éolien".

Parmi les énergies renouvelables d'origine électrique, la filière éolienne est probablement celle qui cristallise le plus grand nombre de blocages et de critiques, entre difficultés administratives et recours juridiques. Lors d'un débat organisé à l'Assemblée nationale ce 14 janvier 2021 sur le développement des aérogénérateurs dans les territoires, le Gouvernement a tenu à apporter des éléments de réponse sur les procédures en cours et à venir.

 

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a ainsi indiqué que la localisation du premier parc en mer serait prochainement annoncé. "Au sud de la Bretagne, le débat public sur le projet d'éoliennes flottantes s'est terminé fin décembre. Je choisirai la zone d'implantation après la remise du rapport de la Commission du débat public prévue fin février, et il s'agira du premier parc commercial d'éoliennes flottantes en Europe", a-t-elle aussi précisé. Et d'ajouter, toujours au sujet de l'éolien offshore : "En Méditerranée, le débat public devrait commencer au premier semestre et la localisation de deux futurs parcs d'éoliennes flottantes pourrait avoir lieu d'ici la fin 2021". La ministre a également rappelé qu'une mise en concurrence était toujours en cours pour un huitième projet d'offshore "posé" (avec des machines implantées sur le plancher marin), au large du Cotentin, pour une attribution prévue en 2022 : "On met tout en oeuvre pour accélérer le développement de l'éolien en mer", a-t-elle insisté, affirmant que "le Gouvernement a l'intention de respecter la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE)".

 

Répondre aux problèmes d'acceptabilité et "améliorer la planification"

 

Mais au-delà de la volonté manifeste de l'exécutif de passer à la vitesse supérieure dans le déploiement des aérogénérateurs - qui font partie des ENR électriques ayant certes monté en puissance mais qui sont encore loin des objectifs fixés -, le propos de Barbara Pompili vise aussi à répondre aux problèmes d'acceptabilité posés par ces engins. Pour tenir le rythme de la PPE et afin "que chaque territoire prenne sa part", la ministre a ainsi estimé qui'"il faut améliorer la planification". Ce qui passe par une mobilisation des relais de l'État dans les territoires : "Je vais demander aux préfets de région d'engager la rédaction de cartographies des zones propices au développement de l'éolien, en concertation avec les acteurs locaux. Cette cartographie ne sera pas juridiquement opposable, mais pourra servir de guide lors de la mise à jour des documents d'urbanisme", a complété Barbara Pompili.

 

Selon elle, le projet de loi émanant des propositions de la Convention citoyenne pour le climat contiendra "une déclinaison par région des objectifs d'énergies renouvelables de la PPE, en concertation avec les collectivités, pour répartir les objectifs en fonction des potentiels et spécificités des régions", notant au passage que les Schémas d'aménagement régionaux devront eux aussi imposer des objectifs.

actionclactionfp