ENR. Le 4 décembre 2020, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a dévoilé la zone où sera construit le 4e champ éolien offshore normand. Elle reste cependant à affiner. Dans le même temps, l'appel d'offres est lancé.

Ce sera le 8e champ français d'éoliennes posées en mer, le 4e rien que pour la région Normandie. Le 4 décembre 2020, à l'issue du débat public qui s'est déroulé entre novembre 2019 et août 2020, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a dévoilé le choix de la zone retenue pour l'implantation de ce parc. Une annonce qui intervient "très rapidement après la publication du bilan de la concertation", le 19 octobre, s'est réjouit le Syndicat des énergies renouvelables.

 

Après Dieppe-Le Tréport, Fécamp et Courseulles-sur-Mer, cette ferme éolienne offshore se situera au large du Cotentin. Elle sera implantée "à plus de 32 km des côtes et 40km des tours-observatoires de Vauban de Saint-Vaast-la-Hougue", dans le département de la Manche, indiquent Barbara Pompili et la ministre de la mer Annick Girardin dans un communiqué.

 

Une capacité d'1GW

 

Cette zone, appelée Centre Manche, prend en compte les conclusions du débat public. C'est en partie pour cela qu'il a été organisé "très en amont du projet", selon Barbara Pompili, satisfaite que l'exercice ait « montré qu'il y avait un consensus sur la nécessité de la transition écologique ». La zone fait environ 500km2 et permet "de limiter au maximum les impacts sur notre paysage, nos activités de pêche, le trafic maritime et l'environnement marin", estime la ministre de la Transition écologique. Elle sera "progressivement réduite au cours de la procédure de mise en concurrence", indique la décision du 4 décembre signée par la ministre et publiée au Journal officiel.

 

D'une capacité de 1GW, le parc doit permettre de produire l'électricité nécessaires aux besoins de l'équivalent de 800.000 foyers. Il est inscrit dans la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), publiée en avril 2020, et qui prévoit le lancement chaque année d'un ou plusieurs appels d'offres dans le domaine de l'éolien en mer.

 

Lancement de la procédure d'appel d'offres

 

En Normandie, il est ainsi l'heure de lancer la procédure de mise en concurrence. Elle le sera en ce mois de décembre, indique la décision ministérielle. Et son cahier des charges "tiendra compte des contributions des participants au débat public lorsque cela est possible et pertinent. Le lauréat reprendra à son compte les engagements pris par l'Etat après le débat public".

 

Ce lauréat, qui sera désigné en 2022, devra par ailleurs "étudier les conditions de cohabitation avec la pêche au sein du parc éolien", le débat public ayant "mis en avant des points d'attention" sur ce sujet. Alors que la nécessité de bien mesurer les impacts environnementaux s'est également fait entendre, "des études environnementales seront lancées sur la zone de projet, en concertation avec les acteurs de la façade, et le suivi scientifique du projet", assurent les deux ministres.

 

Un garant, une instance de consultation et de suivi

 

Pour "s'assurer des réponses apportées par l'Etat aux interrogations soulevées lors du débat public", et donc pour plus de transparence, un garant sera nommé. Par ailleurs, un site Internet sur le projet sera lancé en 2021, et un "travail expérimental sur la planification de l'éolien en mer - et donc sur la PPE, NDLR - et de son articulation avec les autres usages de la mer sur le long terme" sera mené par le ministère d'Annick Girardin, car il est apparu au cours de ce débat à la ministre que cette préoccupation était devenue "désormais prioritaire".

 

Enfin, le travail de concertation va se poursuivre. Une enquête publique doit avoir lieu dans le cadre de la future procédure d'autorisation du parc, et "une instance de concertation et de suivi sera mise en place pour constituer un lieu de dialogue" entre les différents acteurs concernés par l'implantation de ce parc, et ce tout au long de sa vie, expliquent les deux ministres. Car pour Annick Girardin, "le développement de l'éolien en mer est un grand projet de société qui ne se décide pas dans un bureau parisien. Nous poursuivrons les échanges et la concertation, autant que nécessaire, afin de construire un projet commun de mise en valeur, de développement et de préservation de la mer".

actionclactionfp