En s'appuyant sur des modes de déplacement doux et propres, l'objectif est de permettre à 73% des spectateurs d'être à moins de 30 minutes en vélo des sites de compétition. S'y ajoutera également un engagement dans une démarche zéro déchets et une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

L'empreinte carbone des Jeux olympiques 2024 sera réduite de 55 % par rapport aux JO 2012 de Londres, a promis Paris 2024 en cas de succès de la candidature française. "C'est un objectif ambitieux, parce que c'est la première fois qu'un événement mondial serait aligné avec la COP 21 et l'accord de Paris", a expliqué Pascal Canfin, directeur général de WWF France, branche française de l'ONG pour la protection de l'environnement et partenaire de Paris 2024. "Une réduction de l'empreinte carbone est crédible, parce que 95% des sites sont déjà en place, ce qui veut dire que les émissions de CO2 générées par la construction de nouveaux sites seront très limitées", a précisé l'ancien ministre délégué au Développement.

 

Pour atteindre cet objectif, Paris 2024 s'engage, par exemple à ce que "100 % de l'électricité pour alimenter les JO 2024 soit renouvelable", a ajouté Pascal Canfin.

 

Créer de nouveaux quartiers verts

 

Autre point fort : créer de nouveaux quartiers en ligne avec les plus hautes exigences environnementales et améliorer la qualité de vie des populations. "Les villages des athlètes et des médias laisseront place à deux éco-quartiers, soit 4.500 logements familiaux et étudiants, 26 hectares d'espaces vert, dont 3 hectares d'agriculture urbaine sur les toits qui fourniront 30 tonnes de fruits et légumes par an", a détaillé le comité de candidature de Paris 2024. Enfin, dernier point fort et pas des moindres : l'accessibilité.

 

"Ces Jeux à Paris permettront également d'inciter les personnes en situation de handicap à la pratique sportive en améliorant l'accessibilité des infrastructures", a expliqué Tony Estanguet.
Prochain rendez-vous : du 13 au 17 mai 2017 lors de la visite du CIO à Paris. Et ensuite, le 13 septembre prochain à Lima (Pérou) pour le vote définitif de la ville hôte. La ville rivale Los Angeles n'a pas dit son dernier mot.

 

 


actioncl