La barre des 300.000 constructions n'est donc bel et bien pas franchie en 2014. Il y a eu exactement 297.500 mises en chantier l'an dernier, et un peu plus de 381.000 permis de construire déposés. Détails.

Tous les secteurs de la construction, exceptés les logements en résidence, son touchés. Tant en ce qui concerne les permis de construire que les mises en chantier, indiquent les chiffres du ministère du Logement publiés ce mardi 27 janvier 2015.

 

Ainsi, au 4e trimestre 2014, 81.500 logements ont été mis en chantier en France, soit une baisse de 4.9% par rapport au trimestre correspondant de 2013. La chute est de 12.6% dans le logement individuel (-9.6% pour l'individuel pur ; -19.3% pour l'individuel groupé), de -1.1% dans le logement collectif.

 

Sur un an, cela représente donc 297.500 mises en chantier, soit un recul de 10.3% par rapport à 2013. Le logement individuel enregistre une baisse de 19.1% (126.800 unités), le logement collectif diminue de 6.0% (147.100).

Bonne santé du logement en résidence

Du côté des permis de construire, on note le chiffre de 91.800 logements autorisés au 4e trimestre 2014, en baisse de 9.8% par rapport au 4e trimestre 2013. En détail, les autorisations de logements individuels chutent de 10.3% (-9.2% pour l'individuel pur, -12.8% pour l'individuel groupé). Le logement collectif, quant à lui, est en baisse de 12.9%.

 

Sur un an, ce sont donc 381.1000 logements qui ont été autorisés (-12%) par rapport à 2013. Le logement individuel recule de 19.5% et le logement collectif de -8.8%. Rappelons que la construction neuve, qui représente près de 88% de l'offre de nouveaux logements, diminue de 11.1%.

 

Le seul secteur bien portant est donc celui du logement en résidence. En termes de permis de construire, il progresse de 19.4% au 4e trimestre 2014, et de +19.2% sur un an. En termes de mises en chantier, il est en croissance de 11.9% sur le 4e trimestre 2014 et de +26% sur un an (23.700 unités).

Des mesures encourageantes

Cependant, les professionnels veulent rester optimistes et misent sur les diverses mesures annoncées par le Gouvernement, espérant une reprise au cours du 2e semestre 2015.
Reconnaissant la faiblesse de ces chiffres, le Directeur de la DHUP, Laurent Girometti, déclarait, lors de la rencontre annuelle du Syndicat des industries du ciment, ce mardi 27 janvier, "espérer voir frémir prochainement", les effets des mesures du Plan de relance. Et d'égrener la densification, la simplification et la loi Mandon, ou encore le travail sur les aides aux maires bâtisseurs. Sans oublier que côté fiscalité, les investisseurs peuvent profiter du dispositif Pinel, et les nombreux efforts réalisés en matière de logements intermédiaires. "Simplifier les normes de construction est un lourd enjeu. A ce jour, nous avons un taux de réalisation de 60% des 50 mesures annoncées lors du plan 'Objectif 500.000'", souligne Laurent Girometti.

actionclactionfp