MARCHÉ. L'Union française du levage recommande à ses adhérents de reporter la hausse du coût moyen de l'essence sur leurs factures de mise à disposition d'engins. Le syndicat rappelle que le carburant a flambé de 15% en 2018.

Les entreprises de levage risquent d'augmenter leurs prochaines factures, du fait de la hausse des prix du carburant. C'est ce qui ressort d'un courrier envoyé par le délégué général de l'Union française du levage (UFL), Hervé Rebollo, à l'ensemble de ses adhérents : il y est question d'un report de la hausse du coût moyen de l'essence sur les factures de mise à disposition d'engins. "Sur la seule année 2018, [le carburant] a augmenté de 15% (et de l'ordre de 20% ces 24 derniers mois). La hausse du carburant a un impact considérable sur les charges d'exploitation des entreprises qu'il est très difficile de compenser par leurs prix", explique Hervé Rebollo aux adhérents du syndicat. Ce dernier, qui affirme représenter 60% des acteurs du marché, conseille donc à ses membres de faire figurer dans les meilleurs délais "une majoration en pied de facture qui pourrait être indexée sur le coût moyen du gasoil à la pompe en France, publié par la Commission européenne de l'énergie (...)".

 

Dans son courrier, le délégué général de l'organisation précise que cette majoration "pourrait être revue selon un rythme décidé par l'entreprise (mensuel, bimestriel, etc), selon des seuils de prix au litre (HT ou TTC au choix de l'entreprise) (...)". D'après l'UFL, plusieurs entreprises de levage ont déjà répercuté la hausse des prix du carburant sur leurs factures, ce qui fait dire au syndicat : "Les entreprises doivent se persuader que de telles mesures, bien que très contraignantes commercialement, sont indispensables pour maintenir leur rentabilité et la qualité du service rendu aux clients".

actionclactionfp