Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault déclare, dans une interview à l'Usine nouvelle publiée jeudi 27 juin partager le diagnostic du rapport Duron et de signaler : "Le précédent Gouvernement a fait une erreur et a commis un mensonge. L'erreur, c'est qu'il s'est concentré sur les infrastructures en oubliant la qualité des services ! Le mensonge est d'avoir laissé entendre qu'on pourrait faire plus de 250 milliards d'euros d'investissements dans les vingt prochaines années ! C'est irréaliste financièrement et techniquement." Enfin, aux élus regrettant de voir leurs projets de grande vitesse reportés à après 2030, il répond que "le pays est largement maillé, par des voies ferrées et des autoroutes qu'il faut rénover."

 

Jean-Jack Queyranne, Président de la région Rhône-Alpes : "Je me réjouis en particulier de la priorité accordée au nœud ferroviaire lyonnais. C'est un véritable goulot d'étranglement dont la désaturation est un enjeu stratégique national et régional. Le traitement du nœud ferroviaire lyonnais est un préalable à l'arrivée de toute nouvelle infrastructure ferroviaire dans l'agglomération lyonnaise et au bon fonctionnement du réseau TER."

 

Jean-Paul Denanot, président de la région Limousin : "Je tiens ainsi à exprimer certaines inquiétudes quant au devenir ferroviaire de la Région Limousin : la LGV Poitiers-Limoges n'est classée qu'en priorité 2 alors que la procédure d'enquête publique est en cours jusqu'au 12 juillet et que le barreau Limoges-Poitiers satisfait à tous les autres critères de faisabilité, notamment environnementaux."

 

Martine Lignières Cassou, député-maire de Pau et présidente de l'agglomération Pau-Pyrénées : "Nous n'abandonnons pas la bataille de la LGV pour la desserte du Béarn et de la Bigorre. C'est le gouvernement qui doit arbitrer sur la base de ce rapport consultatif selon des considérations économiques mais aussi d'aménagement du territoire et de solidarité nationale."

 

François Patriat, président de la région Bourgogne : "Je demande au Gouvernement de reconsidérer les préconisations faites par la commission Mobilité 21. Ces recommandations font état du report de deux projets ferroviaires majeurs pour la Bourgogne : la liaison Paris-Orléans-Lyon-Clermont (POCL) assurant la desserte en TGV de la Nièvre et de l'est de la Saône-et-Loire et la réalisation complète de la branche est de la LGV Rhin-Rhône."

 

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT): "Elle approuve plusieurs aspects des propositions : la hiérarchisation des projets, totalement absente du Schéma National d'Infrastructures de Transport publié par le gouvernement Fillon ;
l'attention portée à la modernisation des infrastructures existantes, à la prévention de la saturation des grandes gares ferroviaires et de l'axe Paris-Mantes, et à l'amélioration indispensable de la desserte des ports ; l'élimination, par 'report à un horizon lointain', d'un certain nombre de projets inutiles, voire fantaisistes : autoroute A51 Grenoble-Sisteron, LGV Poitiers-Limoges, canal Saône-Moselle, ' barreau ferroviaire est-ouest' Lyon-Limoges."

actioncl