ANALYSE ET TEMOIGNAGE. Qu'il s'agisse des agences immobilières ou des promoteurs, ces dernières semaines ont accéléré un processus enclenché depuis de nombreuses années : la digitalisation de la chaîne, de la recherche de biens à la signature de l'acte notarié, en passant par l'auto-estimation des biens sur internet. Revue par l'exemple, analyse et témoignage, avec Catella Patrimoine, Unlatch, Bécarré, Flatlooker, PAP, la Fnaim, Cafpi et BureauxLocaux...


Si la quasi-totalité des opérations de promoteurs est présentée sur le net, le passage par la bulle de vente, où un commercial en chair et en os présente au client le logement qu'il s'apprête à acquérir, puis lui fait signer, sur papier, une série de documents, reste la norme. En tout cas, cela l'était avant le confinement. Plusieurs promoteurs ont en effet lancé, ces dernières semaines, la mise en oeuvre de processus de commercialisation nouveaux - et entièrement basés sur le digital.

 

C'est le cas, par exemple, de Catella Patrimoine, qui a annoncé, fin mars, la digitalisation de son processus de vente. Pour la première fois, la solution a été lancée pour un programme en démembrement de propriété dans le 15ème arrondissement de Paris. La technologie choisie, proposée par Unlatch, sera ensuite déployée sur l'ensemble des programmes, neufs et anciens, du promoteur. Nadir Benabed, directeur de la firme, relève le "caractère stratégique" de cette décision, dans les circonstances actuelles, permettant notamment la signature à distance des contrats et le suivi de leur acquisition par les clients.
Il vous reste 80% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp