PROSPECTIVE. La Banque des territoires estime que si les bailleurs ont retrouvé des capacités d'investissement, notamment grâce au blocage de l'économie en 2020, ils ne retrouveront leur rythme de production qu'à horizon 2028. Les réhabilitations devraient atteindre leur pic avant cette date.


L'analyse est sans appel : à court terme, les bailleurs sociaux ne sont pas en mesure d'atteindre les volumes définis dans le protocole d'engagement signé entre l'État et les acteurs du secteur en mars 2021, qui fixe un objectif, jugé très ambitieux à l'époque, de 250.000 logements sur deux ans. On sait déjà que les 125.000 unités produites n'avaient pas été atteintes l'année dernière, ce ne devrait pas non plus être le cas cette année. Pire, la production, d'ici 224, resterait même en-deçà du seuil des 100.000 logements annuels, qui était l'objectif récurrent avant la signature du protocole.

 

C'est la Banque des territoires, principal financeur du logement social en France, via les fonds d'épargne d'une part et les prêts avantageux octroyés aux bailleurs de l'autre, qui fait cette prévision dans la neuvième édition de son analyse prospective du secteur, publiée le 6 septembre. La filiale de la Caisse des dépôts y fait état des capacités financières des organismes de logement social (offices et ESH, principalement) à court, moyen et long terme, jusqu'en 2060.

 

 

Les bailleurs se relèvent doucement des décisions du début du quinquennat précédent

 

Il vous reste 72% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp