RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE. "Nous espérons une réponse détaillée à nos recommandations", a prévenu la climatologue Corinne Le Quéré, présidente du HCC, lors d'une conférence organisée par l'association Equilibre des Energies ce mercredi 13 novembre. Le HCC avait publié le 25 juin un premier rapport critique sur la politique française de lutte contre le réchauffement climatique.

La fin de l'année approche, et, avec elle, la date butoir pour la réponse du gouvernement au premier rapport du Haut conseil pour le climat (HCC). "Nous espérons une réponse détaillée à nos recommandations", a prévenu la climatologue Corinne Le Quéré, présidente du HCC, lors d'une conférence organisée par l'association Equilibre des Energies ce mercredi 13 novembre. Créé il y a environ un an, en pleine crise des Gilets jaunes, le Haut conseil pour le climat, une instance indépendante composée de onze experts, avait publié le 25 juin un premier rapport sur la politique française de lutte contre le réchauffement climatique.

 

Le gouvernement disposait alors de six mois pour répondre devant le Parlement à ce texte, qui fustigeait des "actions insuffisantes" et recommandait notamment de faire évoluer la taxe carbone, à l'origine de la révolte des Gilets jaunes, de supprimer les subventions aux énergies fossiles et d'inscrire dans la loi les objectifs à court terme de réduction des émissions de dioxyde de carbone. "Il existe un problème d'acceptabilité des taxes. Nous allons donc regarder dans les prochains mois ce qu'il est possible de faire si on ne peut pas remettre la taxe carbone en place", a indiqué Corinne Le Quéré.

 

Le prochain rapport du HCC sera plus détaillé sur le bâtiment

 

"Les politiques ne sont pas à la hauteur", a insisté la présidente du HCC, "mais il existe une volonté d'agir : on nous nous a installés, on a installé la Convention citoyenne pour le climat", a-t-elle nuancé. "Nous avons déjà toutes les technologies, tous les savoir-faire nécessaires en place", a par ailleurs assuré Corinne Le Quéré. Pour la climatologue, "la difficulté vient de tout ce que nous avons à faire, mais, si on le décompose par secteurs, ce n'est pas si difficile", a-t-elle estimé.

 

S'il est un secteur en ligne de mire dans le domaine de la transition écologique, c'est bien le bâtiment, qui représente 19% des émissions de CO2, moins, toutefois, que les transports (31%). Corinne Le Quéré a rappelé les "retards" du bâtiment en matière de réduction de la consommation énergétique et de transition vers un mode de chauffage davantage "bas carbone." Le prochain rapport du HCC sur la politique française de lutte contre le réchauffement climatique, qui sera publié en juin prochain, consacrera d'ailleurs un volet plus détaillé au bâtiment et aux transports que le précédent.

actionclactionfp