GRAND PROJET. Plusieurs lignes du futur supermétro du Grand Paris Express pourraient bien faire l'objet de modifications, selon le président de la SGP Thierry Dallard. La station de La Défense pourrait ainsi être déplacée, le schéma de desserte de la ligne 15 transformé, et la ligne 18 mise au sol au lieu de transiter par un viaduc.

Le Grand Paris Express n'est décidément pas sur le point de voir le bout du tunnel. Ce lundi 20 mai 2019, Thierry Dallard, le président de la Société du Grand Paris (SGP), l'entité chargée de superviser la réalisation du mégachantier ferré du Grand Paris Express, a indiqué à la presse que ses équipes réfléchissaient à modifier les plans et dessertes de certaines lignes du futur supermétro francilien. En cause : au-delà des retards et des alourdissements de factures dont Batiactu a déjà parlé à plusieurs reprises, les acteurs publics comme privés intervenant sur ces chantiers d'infrastructures se retrouvent également confrontés à des contraintes techniques.

 

Un autre emplacement à l'étude pour la gare de La Défense

 

C'est notamment le cas de la future station de La Défense, par laquelle doit transiter la ligne 15 Ouest, et qui est théoriquement prévue sous le centre commercial des Quatre Temps. La modernisation de la gare implique de reprendre intégralement ses fondations, ce qui pourrait se faire, au vu des techniques de construction actuelles, en à peu près... 17 ans. "On critique souvent les ingénieurs qui veulent se faire plaisir, mais on va peut-être essayer de trouver une autre solution", a expliqué Thierry Dalllard, en ajoutant qu'un autre emplacement, aussi situé dans le quartier d'affaires de l'Ouest parisien mais moins complexe, est actuellement à l'étude.

 

"On se donne jusqu'à la fin de l'année, à peu près, pour voir si ça vaut la peine d'engager la procédure pour changer la gare, ou au contraire assumer le fait que ça va être très long de faire celle qui est prévue. On ne va pas retarder toute la ligne à cause de La Défense." Pour rappel, l'ouverture de la ligne 15 Ouest est prévue pour 2030, mais les difficultés actuelles pourraient reporter la mise en service de la nouvelle desserte jusqu'en 2034. "Cela serait un peu gênant", a concédé le président de la SGP. "D'où mon souci de faire en sorte que la solution alternative marche et puisse être réalisée en même temps que le reste."

 

Le tracé de la ligne 15 en suspens, et des interrogations autour de la mise au sol de la ligne 18

 

Pour le reste du Grand Paris Express, Thierry Dallard estime que le planning devrait être tenu. Malgré tout, la prudence reste de mise pour les tronçons censés être opérationnels pour les Jeux Olympiques de 2024, notamment les lignes 16 et 17 passant par le département de la Seine-Saint-Denis, et plus exactement entre le village olympique de Saint-Denis et le centre des médias du Bourget. "Pour l'instant, on est dans les délais", a affirmé le président de la SGP, avant de reconnaître que "ça va être tendu, il n'y a pas de marge". Son organisation réfléchit en outre à modifier le schéma de desserte de la ligne 15, en la coupant au niveau de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) de manière à en simplifier l'exploitation, et au final n'avoir qu'une seule spirale qui partirait de Noisy-Champs (à cheval entre la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne), passerait ensuite par Champigny, puis ferait un grand cercle autour de Paris par La Défense et Saint-Denis, avant de revenir à Champigny pour le terminus. Une telle décision obligerait par contre certains passagers à emprunter une correspondance sur une certaine portion de la ligne, au lieu de bénéficier d'un trajet direct. En revanche, cette mesure permettrait d'économiser 130 millions d'euros.

 

La dernière modification envisagée par la SGP concerne la mise au sol d'une partie de la ligne 18, dans le Sud-Ouest de la capitale, en lieu et place du viaduc aujourd'hui prévu pour traverser les champs. Là encore, cette révision du projet engrangerait 100 millions d'euros d'économies. Des sommes qui ne sont assurément pas négligeables au vu des énormes enveloppes déjà débloquées et des surcoûts qui s'ajoutent régulièrement à la facture finale.

actionclactionfp